08/01/2010

La princesse des Batignolles de Carole DAGHER

ROMAN PARU EN 2007
Le choix de ce livre s'est fait par un prêt dans une autre tournante de livres que la mienne.
Je lui donnerai 4/5.
Quelques mots sur l'auteur : Carole Dagher est un écrivain d'origine libanaise, juriste et journaliste, chercheuse associée à l'université de Georgetown. Son oeuvre se veut politique et se déroule au Liban et au Moyen-Orient. Elle publie en 2002 "Le couvent de la lune" dont le tome 1"L'Anneau de l'Emir" en 2002 et le tome 2 "Le Seigneur de la soie" en 2004. Elle décrit dans ses écrits le Liban au XIXème siècle et en particulier dans "La Princesse des Batignolles"en 2007.RESUME : Marina Chéhab, Princesse issue d'une famille d'émirs parmi les plus anciennes d'Orient, nous fait pénétrer dans le Paris des Impressionnistes en 1874. A force de copier des oeuvres dans le Musée du Louvre, elle attire l'attention d'un peintre Arnold Bückel qui va faire d'elle un portrait très réussi. De là va naître une passion amoureuse entre les deux jeunes gens qui vont finir par se marier. Lui, déjà introduit dans un cercle très fermé de peintres dont en voici quelques noms célèbres : Edouard Manet, Claude Monet, Auguste Renoir,Berthe Morisot, Edgar Degas, Pierre Puvis de Chavannes, Henri Fantin-Latour, Paul Cézanne, Camille Pissaro, Alfred Sisley, va y présenter sa future femme qui va être très vite intégrée. Le tableau de sa Princesse va, au cours d'une exposition, être dérobé....
MES IMPRESSIONS : Bon roman historique qui nous plonge dans le milieu artistique des Impressionnistes (1874). L'ambiance dans les ateliers est très bien rendue ce qui a ravie la lectrice que je suis. C'sst une période créatrice et riche. Peindre à l'extérieur dans la nature et à partir de scènes de la vie quotidienne banale nous entraîne aussi dans une nouvelle tendance. C'est la naissance du Monde Moderne. Carole Dagher décrit simultanément ce qu'il se passe en Orient à la même époque et qui se traduit sous une autre forme : des peintures figuratives représentant des femmes de la Haute Société. Il faut ajouter que les femmes orientales sont attirées par la mode occidentale. Dans ce livre, plusieurs personnages sont fictifs mais malgré tout on a dû mal à imaginer que l'intrigue est fausse car la logique du roman est bien menée et
cohérente et vraie. Cependant, Marina nous est croquée comme une femme plutôt libre pour l'époque qui n'hésitera pas à mettre son couple en danger.

Aucun commentaire: