06/01/2010

LIVRES PARUS EN 2005

Confesssions d'un baby-boomer de Thierry ARDISSON et Philippe KIEFFER

AUTOBIOGRAPHIE PARUE EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre d'une émission radiophonique où Thierry Ardisson était l'invité.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur :Thierry Ardisson est né en 1949. Il est fils d'ingénieur. Il fit des études à la faculté de lettres de Montpellier. Il a toujours dit qu'il avait une licence d'anglais mais il affirme aujourd'hui que ce n'était pas vrai. Il a travaillé dans la publicité en tant que créatif mais aussi dans l'audiovisuel. Il a inventé des concepts d'émission qu'il a animé parfois. Il est aussi écrivain à ses heures depuis son plus jeune âge. Il s'est marié en 1988 avec Béatrice Loustalan, illustratrice sonore, avec qui il a eu 3 enfants.
Philippe Kieffer est journaliste et il interroge Thierry Ardisson tout au long du livre.
RESUME : Il s'agit du récit de la vie de Thierry Ardisson de la naissance à nos jours. Philippe Kieffer l'interroge sur tous les moments importants de sa vie durant de longs mois à la cadence de 2 heures par-ci et par-là. Thierry Ardisson a conservé une documentation très complète depuis son enfance qui va bien aider les souvenirs à ressurgir de la mémoire.
MES IMPRESSIONS : J'ai beaucoup aimé ce livre car le personnage de Thierry Ardisson m'intrigue et m'étonne. Il a été capable des pires bêtises qui ne le valorisent pas certes mais à côté de cela, il a une grande capacité à la création d'idées, il a une vraie force de caractère, une volonté hors du commun. Il a toujours su se redresser à chaque fois qu'il était dans l'impasse. C'est aussi un homme très ambigu qui a toujours prétendu que l'argent était le moteur de sa vie, il ne voulait pas vivre comme ses parents qui ont ramé toute leur vie pour un tout petit peu de confort. Il a eu la chance d'avoir du talent qu'il a su exploiter, il a croisé sur sa route les gens qu'il fallait au bon moment.
Ce livre est tout à fait le reflet de sa personnalité. Les réponses qu'il fait au journaliste, on a l'impression de l'entendre se raconter et c'est d'autant surprenant si l'on connaît l'émission "tout le monde en parle" qu'il anime le samedi soir tardivement.
Thierry Ardisson sait se servir de sa célébrité, il est opportuniste, intelligent. Il est, pour moi, original, audacieux, ambigu, controversé. Il n'a pas toujours été accepté car dans le passé, il aurait fait du mal mais maintenant la maturité aidant, il a retrouvé son équilibre.
C'est incontestablement un grand personnage de l'audiovisuel du xxème siècle. On aime ou on n'aime pas, je fais partie du premier clan. Et vous ?

Chroniques de l'asphalte I de Samuel BENCHETRIT

ROMAN AUTOBIOGRAPHIQUE PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait par l'émission de télévision de Mireille Dumas "vie privée, vie publique" sur Antenne 2.
Je lui donnerai 3/5
Quelques mots sur l'auteur : Samuel Benchetrit est né en 1973. Il vient d'une famille modeste. Il a arrêté l'école assez jeune et a fait de nombreux petits métiers. A 27 ans, il commence à écrire. Chroniques sur l'asphalte est sorti en 2005, c'est le premier tome d'une série de 5 livres qui continuera à raconter sa vie. Il a été marié à Marie Trintignant, décédée tragiquement en 2003 assassinée. Il a eu un fils avec elle qui se prénomme Jules.
RESUME : L'écrivain nous narre une partie de son enfance alors qu'il vivait dans un HLM. Tout le livre se déroule dans l'immeuble de son enfance, au rythme de la montée et la descente de l'ascenseur. Chaque étage a son histoire.
MES IMPRESSIONS : J'ai été attirée par ce livre car j'ai entendu Samuel Benchetrit en parler avec intelligence et humour. Il est un personnage étonnant quant à la façon de s'exprimer. Il a sans cesse des expressions riches de sens, qui nous font réfléchir et sourire aussi. Son autobiographie part sur un ton léger. Il parle peu de lui mais plutôt de son entourage. Il vit avec les autres, c'est cela qui frappe. Il fait partie d'une communauté : ses amis. On n'a pas l'image aujourd'hui de cette ambiance dans les banlieues à la fois si simple et humaine en même temps. Elle nous est dépeinte comme une microsociété. Il y a comme une galerie de portraits, les gentils et les moins gentils. Il y a de la crudité dans ses mots, c'est un vrai langage parlé, vivant et actuel. On entend les dialogues comme si nous étions au cinéma ou au théâtre. J'ajouterai qu'il y a plein d'humour dans cet ouvrage et que l'on prend vraiment du plaisir à le lire de façon très détendue. C'est un bon moment de lecture. Livre touchant, il y a aussi la tendresse des sentiments. Livre détendant à lire en vacances, pour tous.

Un instant d'abandon de Philippe BESSON

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Philippe Besson est né en 1967. Son père est instituteur et sa mère clerc de notaire. Son enfance se passe en Charente. Il fait l'Ecole Supérieure de Rouen et débute sa carrière de juriste en 1989, il enseigne aussi le droit social. Son premier roman "En l'absence des hommes" sort en 1999. Il reçut le Prix Emmanuel Roblès décerné par l'Académie Goncourt pour ce titre. Il en eut d'autres que je n'énumérerai pas ici. Il publia "les jours fragiles".
RESUME : Ce roman se déroule principalement à Falmouth. Thomas Sheppard revient sur les lieux de son enfance, adolescence et du début de sa vie d'adulte qu'il a quitté pour purger sa peine. Il raconte alors son histoire à un pakistanais qui accepte de l'écouter. Puis, il rencontre Betty qui l'aide à panser leurs plaies à tous les deux. Sans oublier Luke, son compagnon de prison.
MES IMPRESSIONS : J'ai bien aimé ce livre. Je le trouve plein de sensibilité. On découvre l'histoire de Thomas avec de plus en plus d'empressement. Le suspens est bien présent, les zones d'ombre se dévoilent au cours des pages. Philippe Besson nous emporte littéralement dans ce drame avec une façon d'écrire toujours admirable. Au fil de sa plume, les mots s'alignent simplement. C'est aussi un livre qui amène à réfléchir sur plusieurs sujets bien actuels : la solitude, la haine, l'adultère, l'incompréhension, le prison, la culpabilité, l'innocence, l'amitié, l'amour, les handicaps, la faiblesse, les enfants, la responsabilité, l'inconscience...Et je pourrai en rajouter bien d'autres. L'issue de ce livre a été pour moi, tout aussi inattendue que celle d'un autre roman "La note sensible" de Valentine Goby paru en 2002 dont je parle aussi dans mon blog. Il y a quelques analogies mais les sujets sont très différents pour autant.
A lire certainement, un peu triste.

Passeurs d'espoir Tome 1 de Marie-Hélène et Laurent de CHERISEY (récit paru en 2005)

RECIT PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur les auteurs : Laurent de Cherisey (42 ans) et sa femme Marie-Hélène de Cherisey (39 ans) sont les auteurs de ce récit. Ils se sont mariés depuis 14 ans et vivent au sud de Paris avec leurs 5 enfants. Marie-Hélène de Cherisey a réalisé déjà une cinquantaine de reportages destinés à la jeunesse sur les chaînes 2 et 3 et Canal J. Son mari a lui créé plusieurs entreprises de marketing et communication.
RESUME : Récit du voyage de Marie-Hélène et Laurent de Cherisey partis avec leurs 5 enfants pour rencontrer d'autres civilisations et en découvrir le mode de vie de façon plus proche et directe. Ce tome 1 retrace la première partie de leur périple du Brésil au Vietman. Ils ont partagé la vie de chacun de ces hommes pour en relater l'histoire.
MES IMPRESSIONS : Cet ouvrage m'a bien plu malgré une rédaction pas toujours agréable à lire car empruntée plutôt au langage parlé. Cependant le challenge de partir avec leurs 5 enfants plutôt en bas âge pour certains montre combien il a été important à leurs yeux de mener une telle aventure familiale. Leur but était de transmettre un certain nombre de valeurs à leurs enfants et leur apprendre toutes les chances qu'ils ont de vivre sur cette terre même si parfois on leur fait comprendre qu'on ne peut rien faire pour les autres et pour la planète. Je rapprocherai ce livre à celui d'Afrika Trek qui sont des rencontres entre personnes venant d'autres pays, d'autres religions, d'autres origines... et un grand désir de partager et d'offrir ce que chacun réalise à son échelle pour les autres. C'est très admiratif de consacrer une année ou plus de sa vie pour être à la rencontre des autres. Je suppose que la spontanéité des enfants aide à nous faire comprendre que les hommes sans préjugé peuvent communiquer plus aisément. Pour conclure, je justifierai ma note de 3/5 par le fait que j'ai rencontré un certain nombre de longueurs dans ce récit et que mis à part l'ambiance familiale et son sens de l'ouverture, je ne retiendrai quasiment rien des pays traversés.
A lire très certainement pour les valeurs apportées en faisant abstraction du manque de qualité littéraire.

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe CLAUDEL

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Philippe CLAUDEL est né en 1962. Il est professeur de lettres, écrivain et scénariste. Il a écrit plusieurs romans à succès et en particulier "les âmes grises" qui avait reçu le Grand Prix Littéraire des lectrices de Elle en 2004, traduit dans 22 pays.
RESUME : Monsieur Linh est un vieil homme qui s'échappe de son pays précipitamment en raison de la guerre. Il porte dans ses bras sa petite-fille qu'il ne veut plus quitter. C'est tout ce qui lui reste dans ce monde, un nouveau-né. Mais il va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie.
MES IMPRESSIONS : Livre très bien écrit. On se laisse porter dès les premiers chapîtres par cette histoire. Le talent de l'écrivain nous mène dans une profondeur des sentiments inhabituelle qui s'installe entre les deux adultes. Ces deux hommes ne parlent pas la même langue et il est admirable de voir combien tout se passe par le regard et les gestes. Ils se comprennent parfaitement. Quel talent d'arriver à faire communiquer des personnages sans dialogue dans un livre ! L'écrivain nous dépeint simultanément la relation fusionnelle qui rend Monsieur Linh inséparable de sa petite-fille. Je rapprocherai ce roman à celui de José Luis Sampedro "Le sourire étrusque" qui est aussi un excellent roman que je vous conseille amplement. Le point commun de ces deux livres est l'amour d'un grand-père avec son petit-enfant, tout est écrit avec simplicité, spontanéité et naturel.
Nota Bene : il y a un détail mais pas des moindres dans le livre que je n'avais pas remarqué jusqu'à présent. Je ne le divulgue pas mais faites attention et lisez bien. Je n'ai pas changé mes commentaires pour autant.

Benoît XVI Les clés d'une vie de Constance COLONNA-CESARI

BIOGRAPHIE DE BENOIT XVI PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Constance Colonna-Cesari est journaliste indépendante non croyante mais qui écrit sur l'Eglise car cela l'intéresse. Elle a déjà publié Urbi et Orbi enquête sur la géopolitique vaticane (La découverte, 1992) et "Le vatican combien de divisions ?". Elle a réalisé aussi un documentaire historique sur les papes du XXème siècle. Elle travaille aussi pour l'audiovisuel.
RESUME : Le 19 avril 2005, le Cardinal Joseph Ratzinger devient Benoît XVI. Cet ouvrage nous raconte la fin de Jean-Paul II puis l'héritage qu'il a laissé à Benoît XVI. Ce livre nous parle de l'enfance du nouveau pape, de sa famille et toute l'histoire qui le concerne jusqu'à aujourd'hui.
MES IMPRESSIONS : C'est un livre que j'ai beaucoup apprécié. Pour commencer, il m'a informé qui était Joseph Ratzinger avant d'être pape et m'a éclairé un peu plus sur sa personnalité. Par ailleurs, on assiste aux derniers instants de Jean-Paul II qui nous remet bien dans le contexte de l'époque. Ainsi est bien introduit l'arrivée de Benoît XVI, une personne extrêmement cultivée, très travailleuse, intransigeant dans sa jeunesse avec des idées plutôt libérales puis une fois devenu le bras droit de Jean-Paul II, il change sa façon d'agir et de penser. Il devient plus modéré dans ses propos et plus posé, la maturité ayant probablement fait son chemin. De plus, les deux hommes s'entendaient très bien ce qui a probablement contribué à ce qu'ils s'influencent intelligemment. On découvre aussi que le pape Benoît XVI a une santé fragile, qu'il n'est pas tout jeune au moment de son élection (tout juste 78 ans) et qu'il ne mènera pas le rythme du début de son prédecesseur. L'image qu'il donne aujourd'hui est celle du gardien de la doctrine de la foi comme il l'était déjà, mais plus nuancé. Sa simplicité et une certaine timidité face à sa nouvelle mission le rendent abordable et presque sympathique.
J'ai lu ce livre très rapidement car il m'a vraiment passionné.

Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables de Philippe DELERM

NOUVELLES PARUES EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 1/5
Quelques mots sur l'auteur : Philippe Delerm est né en 1950. Après des études de Lettres à Nanterre, il est devenu enseignant et continue son métier aujourd'hui. Il fait paraître souvent des oeuvres car c'est un passionné d'écriture : en tant qu'enseignant, il écrit pour les enfants. Marié en 1975, il vit dans l'Eure. Il a écrit "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules " paru en 1997 qui l'a fait connaître.
RESUME : C'est un recueil de propos et de sujets que Philippe Delerm a voulu partager avec le lecteur. Ces cours récits sont des évocations à ses souvenirs d'enfance.
MES IMPRESSIONS : Je n'ai pas aimé ce livre. J'ai trouvé que l'auteur avait manqué d'inspiration. Ce livre est comme une copie ou une suite de "La première gorgée de bière..." mais en beaucoup moins bien. Il fallait qu'il change de registre. De plus, ce type de littérature ne peut pas toucher les jeunes d'aujourd'hui, ils n'ont pas connu l'époque de la fin de la seconde guerre mondiale et ses descriptions et sensations leur seront étrangères.
Je ne le conseillerai pas, mais en revanche je continuerai à lire les autres titres de cet écrivain.

La vie sauve de Lydie VIOLET et Marie DESPLECHIN

RECIT PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 3 ou 4/5
Quelques mots sur les auteurs : Lydie Violet est née en 1962. Elle a été attachée de presse dans plusieurs maisons d'édition puis écrivain en tandem avec Marie Desplechin pour écrire sa biographie.
Marie Desplechin est née à Roubaix en 1959. Elle a fait des études de lettres et de journalisme. Elle dit avoir une enfance heureuse mais avec une impression de solitude. Très vite, pour tuer l'ennui qui l'environne et sachant lire depuis l'âge de 4 ans, elle va lire beaucoup. Marie Desplechin a écrit son premier livre à 34 ans. Elle avait le désir d'écrire depuis longtemps. Elle préfère écrire pour les enfants (public qu'elle trouve moins redoutable).
RESUME : Lydie Violet voit sa vie d'attachée de presse basculer d'un seul coup. Après une série de malaises importants, elle apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur incurable au cerveau qui ne lui laisse que peu de temps à vivre.
MES IMPRESSSIONS : Ce témoignage est bouleversant car nous assistons au combat d'une personne face à une maladie, qui ne se guérit pas et qui n'a aucun espoir de s'en sortir. Elle peut être soulagée momentanément mais elle va devoir supporter des traitements qui ne feront que reculer le mal mais pas le faire disparaître. Elle nous parle de sa perte d'indépendance car elle ne peut plus vivre seule. Elle nous fait réfléchir sur le sens qu'elle doit donner à sa vie comment doit-elle agir alors qu'elle a deux enfants encore à élever ? De plus, elle est divorcée. Elle n'a plus le soutien conjugal. Elle découvre le côté superficiel de l'être humain qui ne sait plus comment se comporter avec une personne malade. A côté de cela, elle parle de bonheur fait de petits riens, de rires qui la reconstruisent chaque jour. Elle ne perd pas espoir, elle est sans cesse à profiter du moment présent. Elle cherche tout le temps l'amour, c'est cela le plus important pour continuer à espérer. J'ai bien apprécié ce livre, j'ajouterai que pour le lire il faut se sentir bien dans sa tête. Il y a des moments où l'on se sent parfois fragile, dans ce cas j'attendrai. C'est un livre qui donne parfois la chair de poule, c'est un témoignage fort et plein de sensibilité avec des coups de colère, plein d'humour aussi et de lucidité sur soi.

Vous plaisantez, Monsieur Tanner de Jean-Paul DUBOIS

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait par la publicité dans les librairies souvent en coup de coeur et meilleures ventes.
Je lui donnerai 2/5
Quelques mots sur l'auteur : Jean-Paul Dubois est un écrivain français, né à Toulouse né en 1950. Il a été journaliste au Nouvel Observateur. Il connaît bien les Etats-Unis dont il s'est inspiré pour ses livres. Il a écrit une dizaine de romans.
RESUME : un certain Monsieur Tanner habitait dans une maison confortable menant une vie normale et tranquille lorsqu'on lui annonça qu'il était l'héritier d'une grande maison familiale plutôt délabrée. Cette "ruine", pourrait-on dire, qu'il accepte finalement de prendre. Il abandonne l'autre demeure pour commencer là de très grands travaux. Ce chantier, quelque peu atypique, nous montre les difficultés d'une telle initiative, les péripéties qui en découleront.
MES IMPRESSIONS : On se laisse entraîner par l'intrigue car il y a de l'action et du rythme. On peut dire aussi que c'est agréable à lire, détendant, qu'il y a incontestablement de l'humour. Mais cet humour fait ressortir une satire un peu grinçante du milieu des artisans du bâtiment. J'aimerai savoir si ce livre pourrait plaire à cette corporation.
Ce livre ne fait pas partie de mes favoris, si vous avez aimez, mettez-le dans la rubrique "commentaire". J'attends d'autres avis, merci d'avance.

L'étourdissement de Joël EGLOFF

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Joël Egloff est né en 1970. C'est un écrivain de talent. Il a publié plusieurs écrits dont "Edmond Ganglion & Fils" pour lequel il obtient le Prix Alain Fournier en 1999. "L'étourdissement", paru en 2005, a reçu le 31ème prix du livre Inter.
RESUME : Son recueil très court est l'histoire d'un homme qui vit chez sa grand-mère et qui travaille à l'abattoir. Il a passé toute son enfance dans cet environnement composé de stations d'épurations, d'usines et de décharges. C'est là qu'il a rassemblé ses meilleurs souvenirs.
MES IMPRESSIONS : Sujet pas très tentant au premier abord et qui pourtant nous emporte dans un univers très original bien que sombre et désespérant. L'auteur emploie un style apparemment simple mais très étudié, illuminé par une réelle poésie. La langue française est manipulée avec tact et finesse. On rencontre un humour irrésistible, une ironie même, le grotesque qui me font penser à l'oeuvre d'Emile Zola dans les mines. Les personnages sont attachants par leur côté tellement humains mais complètement caricaturés.
Ce livre m'a beaucoup plu car sa structure est plutôt singulière et on a l'impression de vivre avec les personnages, c'est très curieux et intrigant à la fois. C'est d'un réalisme naïf et cru. La prose est faite d'images fortes, l'humour est aussi sombre et décapant que tendre.
Livre qui se lit très facilement et très vite. Il émeut le lecteur incontestablement mais il ne plait pas à tout le monde.

Chambre sous oxygène de Jean-Baptiste GENDARME

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale sur les conseils de la bibliothécaire.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Jean-Baptiste Gendarme est né en 1978 . Il vit à Paris et anime la revue Décapage. Chambre sous oxygène est son premier roman. Il a obtenu pour celui-ci la "Bourse écrivain" 2005 de la Fondation Jean-Luc Lagardère.
RESUME : Frantz Valdémar vivait une vie paisible avec la femme qu'il aime. C'est ce qu'on dit dans son quartier. Cet homme a la santé fragile et subitement il doit être admis aux urgences. Il va être opéré, entubé, mis en chambre stérile, sous oxygène, au bord de la mort... et il attend que sa femme vienne le voir. Il n'arrive pas la joindre. Elle tarde étrangement à lui répondre et à venir mais il espère toujours demain.
MES IMPRESSIONS : Ce livre est plutôt bien écrit, d'un style léger, les phrases sont courtes et claires. Les descriptions touchant au milieu médical sont si vraies et à la fois dites de façon humoristique. L'auteur dont je ne connais pas la biographie semble bien connaître ce milieu. Je pourrai rapprocher son livre à celui de Lydie Violet et Marie Desplechin "La vie sauve" dont je parle dans mon blog (parution en 2005) à la différence que Jean-Baptiste Gendarme a écrit un roman et que l'autre est un récit vécu.
Cependant, on ressent dans les deux livres une certaine solitude face à la maladie, son impuissance aussi.
Toute la mécanique médicale se met en route malgré vous, vous subissez tout sans presque rien dire. L'intimité n'existe plus, on est mis au grand jour, sous le regard des médecins et du personnel.
Et, dans tout cela, qu'est-ce qui peut nous sauver. C'est l'Amour de ceux que l'on aime. Il nous fait espérer et vivre.
L'écrivain de "Chambre sous oxygène" nous dépeint admirablement l'attente de sa femme qui ne vient pas et qui paraît plus importante que tous les soucis de santé qui lui tombent dessus.

Magnus de Sylvie GERMAIN

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre d'une tournante de livres d'un membre de ma famille.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Sylvie Germain est née à Châteauroux en 1954. Elle a fait des études de philosophie à la Sorbonne. En 1981, elle entre au Ministère de la Culture à la direction de l'audiovisuel et se met à écrire des contes et des nouvelles. Sur les conseils de Roger Grenier, elle écrit son premier roman "Le livre des nuits" publié en 1984. En 1989, elle est récompensée pour le roman "Jours de colère" par le Prix Fémina. Elle vit maintenant à la Rochelle où elle se consacre à son métier d'écrivain. Elle a un talent incontestable et a fait de sa passion un art de vivre au quotidien.
RESUME : Franz-Georg a perdu ses parents très jeune. La seule trace de son passé est son ours Magnus. A la fin de la guerre, sa mère malade et seule, le confie à son frère qui vit en Angleterre. Il le quitte assez vite pour le Mexique à la recherche de son père. Il découvre une vérité bien difficile à entendre.
MES IMPRESSIONS : C'est encore un livre bien différent qui m'a beaucoup plu et m'a permis de découvrir un nouvel écrivain. Son excellent style par moment très poétique suscite l'admiration, la richesse du vocabulaire donne une dimension supérieure à ce roman quant à l'histoire, elle est à la fois intrigante et passionnante. On est littéralement emporté dans ce roman qui met en haleine du début jusqu'à la fin. L'ours Magnus joue un grand rôle tout au long de cette oeuvre, le titre du livre est bien choisi. Lisez-le, je pense que vous ne serez pas déçus.

L'antilope blanche de Valentine GOBY


ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 4/5.
Quelques mots sur l'auteur : Valentine Goby est née en 1974. Elle a écrit "la note sensible", roman qui a eu le prix René-Fallet en 2003 (voir ce livre dans la rubrique 2002 de mon blog). "L'antilope blanche" est son troisième roman.
RESUME : A la suite d'une déception amoureuse, Charlotte Marthe jeune enseignante, 35 ans, quitte la France pour le Cameroun. Ce roman se déroule dans les années 50. Elle choisit d'éduquer des jeunes filles camerounaises dans le collège de New Bell à Douala afin de leur donner une éducation digne d'en faire des femmes responsables et indépendantes alors que cette société aurait tendance à les délaisser. Ces jeunes filles vont faire oublier à Charlotte Marthe son passé par leurs réussites exemplaires qui vont en faire une élite au coeur de l'Afrique noire, on les appelera "les Antilopes"
MES IMPRESSIONS : Ce roman se rapproche d'une histoire vraie et je crois savoir que Valentine Goby s'est justement inspirée de faits réels. Il est raconté dans un style simple, vivant et agréable à lire. On se laisse assez vite séduire par cette femme hors du commun. Elle a fait un tournant dans sa vie à 90° pour oublier le passé. On a envie de l'aider dans sa quête vers l'aide des autres. Elle est combative, une femme de caractère. Les sentiments de Charlotte Marthe sont bien décrits, on la connaît peu, elle se dévoile peu mais par son action auprès de ces jeunes filles nous fait percevoir de mieux en mieux sa personnalité. Pour conclure, je dirai qu'une fois de plus Valentine Goby a su nous transporter dans une histoire et c'est un très bon moment de lecture. J'ai apprécié et je le recommande véritablement.

La joueuse d'échecs de Bertina HENRICHS

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livre.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Bertina Henrichs est née en 1966 à Francfort. Elle vit en France depuis une quinzaine d'années. Elle est scénariste de documentaires et de fictions. "La joueuse d'échecs" est son premier roman écrit directement en français.
RESUME : Eleni travaille au Dyonisos comme femme de chambre. Elle a toujours vécu sur cette île de Naxos au large de la merEgée avec son mari et ses deux enfants Dimitria et Yannis. Alors qu'un jour, elle nettoie la chambre de touristes français, elle tombe en extase devant un jeu d'échecs dont elle fait chuter un pion par terre. Ce geste malheureux va déclancher chez elle une envie irrésistible de s'offrir un échiquier et d'en apprendre les règles.
MES IMPRESSIONS : Ce premier roman de Bertina Henrichs a été pour moi un délice. Je l'ai dévoré dans sa totalité. Le style est agréable à lire, simple et fluide. Le récit est vivant et l'intrigue très bien menée, il y a un mélange de sérieux dans la crise que traverse le couple d'Eleni mais comique à d'autres moments lorsque son mari vient espionner les faits et gestes de sa femme à son insu alors qu'elle est en pleine partie d'échec avec un inconnu. Je conseille fortement ce livre car il est passionnant, original, le tout au sein d'une ambiance particulière et bien décrite.

Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled HOSSEINI

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture et conseillé par ma famille.
Je lui donnerai 5/5
Quelques mots sur l'auteur : Khaled Hosseini est né à Kaboul en Afghanistan en 1965. Il est fils de diplomate, il a obtenu en 1980 le droit d'asile avec sa famille aux Etats-Unis. Il est devenu médecin. Les cerfs-volants de Kaboul est son premier roman, il a été ovationné pour la critique. C'est devenu un "livre-culte" aux Etats-Unis.
RESUME : Il s'agit de la très belle histoire d'Ali, d'Hassan, de Baba et les autres. Ce livre se déroule dans l'Afghanistan d'hier et d'aujourd'hui à Kaboul. Un pays décrit avec simplicité avant l'occupation soviétique puis ce même pays dévoré par la folie islamiste des Talibans. L'exil aux Etats-Unis nous conduit dans une autre culture puis Ali retourne vers son passé pour retrouver les traces d'Hassan tué et massacré.
MES IMPRESSIONS : Encore un excellent roman pourtant si proche de la réalité. Même traduit de l'américain, il est très agréable à lire. L'histoire est compliquée à la base mais on découvre toutes les clés du mystère qui plane etnre Ali et Baba son père au fur et à mesure de la lecture.
Ce livre est passionnant, il y a beaucoup de suspens. Par moment, l'auteur insiste sur la relation entre les hommes, puis c'est le retour vers l'action, la guerre, les descriptions de l'environnement. Ce livre est un vrai tableau littéraire. On pourrait le transposer en journal télévisé avec cette violence, cette pauvreté. On y rencontre la lacheté, la trahison, la bonté, la gentillesse, la honte, le regret, l'amour, la haine, le mensonge, le repentir, c'est très riche. Une autre culture que la nôtre nous est admirablement dépeinte. Le concours des cerfs-volants restera gravé dans ma mémoire mais je vous laisse la possibilité de le découvrir vous-même en lisant ce véritable chef-d'oeuvre.

Le roman des Jardin d'Alexandre JARDIN

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 3/5
Quelques mots sur l'auteur : Alexandre Jardin est né en 1965. Il est le fils de Pascal Jardin, écrivain reconnu, surnommé le Zubial par son fils. A 20 ans, il écrit son premier roman durant ses études de Sciences Politiques. Son roman ayant eu du succès, il abandonne ses ambitions politiques pour l'écriture. Il a écrit de nombreux libres : Le Zèbre (1988), Fanfan (90), Le Zubial (97). En écrivant le Zubial, il se réconcilie avec le décès de son père qu'il adorait et qui est parti à 46 ans en raison d'un cancer (Alexandre Jardin n'avait que 15 ans).
RESUME : Alexandre Jardin raconte avec ses mots l'histoire de sa famille. Il nous révèle une vie hors du commun, fantaisiste, anarchique où les règles n'existent pas.
MES IMPRESSIONS : La vie des adultes autour d'Alexandre Jardin semble le déstabiliser lorsqu'il est encore enfant mais lui forge aussi la personnalité qu'il a aujourd'hui. Cela lui a permis de devenir un excellent écrivain. Il nous dépeint sa famille à travers une galerie de portraits loufoques : l'Arquebuse et le Nain Jaune (ses grands-parents), le Zubial (son père)...A part un côté fouilli dans la description de tous ces personnages, on sent une ambiance hors du commun qui suscite la curiosité. Je n'ai pas tellement apprécié les moeurs plus que libres de cette saga, comme si la moralité n'avait pas sa place. On ne peut pas bénir cette façon de vivre. A. Jardin sort victorieux et sans doute plus fort face aux détracteurs de sa famille. Il a construit lui-même une existence équilibrée. Il s'est marié à 23 ans avec Hélène, la femme de sa vie, avec qui il a eu 2 enfants. Il poursuit sa carrière d'écrivain, sa colère envers son passé va s'estomper au fur et à mesure de ses écrits qui sont certainement une forme de thérapie pour lui. Ce livre m'a plu modérément en dépit de la curiosité qu'il m'inspirait, car je l'ai trouvé trop basé sur le sexe et les moeurs dépravés. J 'ai préféré d'autres oeuvres et en particulier Le Zubial, L'île des gauchers. Je reconnais pour cet auteur, une qualité littéraire et une créativité dans toute son oeuvre.

L'attentat de Yasmina KHADRA

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait par des discussions avec d'autres lecteurs.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né à Kenadsa le 10 janvier 1955. Il est le fils d'un père infirmier et d'une mère nomade. Dès l'âge de 9 ans, il s'engage dans l'armée algérienne pour finir 36 ans plus tard Officier Supérieur. Il décide alors d'abandonner cette carrière pour se consacrer entièrement à l'écriture à partir de l'année 2000. Il est marié et père de 3 enfants. Ils ont rejoint la France après un bref passage au Mexique et il écrit en langue française depuis 2001, il a fait paraître plusieurs ouvrages dont "L'écrivain", "Morituri", "A quoi rêvent les loups"... Il a son style bien à lui où l'on peut trouver à la fois le dépouillement et la poésie, le lyrisme et les métaphores inattendues.
RESUME : Amine, un chirurgien israëlien d'origine arabe, s'est consacré à son métier et à sa femme Sihem. Jusqu'au jour où un attentat se produit à Tel Aviv. Son ami Naveed, policier, lui annonce que sa femme a été tuée et qu'il semblerait qu'elle soit la kamikaze.
MES IMPRESSIONS : Livre très agréable à lire et très poignant. On se laisse complètement transporté dans ce drame qui détruit des vies et un couple. Les personnages sont décrits avec beaucoup de finesse et en particulier le médecin qui nous émeut jusqu'au bout. On s'interroge tout au long de cet ouvrage avec ce personnage ce qui a bien pu se passer dans la tête de sa femme. Il est tout d'abord ébahi, anéanti, effondré puis les questions fourmillent dans sa tête. Comment cela a-t-il pu arriver ? Pourquoi n'a-t-il rien vu venir ? Il va enquêter à sa façon et veut découvrir la vérité sur cette guerre sainte à laquelle elle croyait et dont elle n'a jamais parlé avec lui. La fin du livre n'est peut-être pas la réponse que j'attendais, il manque certainement encore un peu d'approfondissement dans cette réflexion. C'est certainement difficile de comprendre tout ce qui s'est passé dans l'esprit de cette femme, il pourrait y avoir une suite à ce roman. Je le conseille vraiment car c'est intéressant comme analyse et plein de rebondissement et de suspense. Les personnages sont bien croqués, les dialogues sont très vivants. J'ajouterai pour finir que c'est un livre audacieux, très actuel mais qui peut susciter la polémique. J'ai aimé.

Rêve de neige de Rosalind LAKER

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 6/10.
Quelques mots sur l'auteur : Rosalind Laker, de son vrai nom Barbara Ovstevdalh, est née dans le Sussex en Grande-Bretagne (je n'ai pas trouvé sa date de naissance). Elle a vécu en Norvège, au Canada avant de revenir en Angleterre avec sa famille. Elle a épousé un norvégien et passe ses étés encore en Norvège où le couple possède une maison. C'est une femme de Lettres britannique qui s'est consacrée à l'écriture une fois ses enfants grandis. Elle s'est orientée principalement vers le roman d'amour avec toujours en toile de fond une période réelle de l'histoire et un métier d'art. On pourra noter dans son oeuvre : "La tulipe d'or" en 1993, "Le pavillon du sucre" en 1995, "La belle époque" en 1998, "La belle chapelière" en 2002.
RESUME : "Rêve de neige" se déroule au XVIIIe siècle. La tsarine Elisabeth de Russie, capricieuse et jalouse de l'élégance de la femme d'un diplomate français, décide de s'octroyer les services de sa couturière Marguerite Laurent, fort douée et réputée. Cette jeune femme, suite au décès de son fiancé, décide de quitter la France pour venir à son service.
MES IMPRESSIONS : Un roman qui représente un bon moment de détente. Je suis entrée dans cette histoire très facilement et la poursuite du livre s'est déroulée à un rythme soutenu ceci en raison d'une intrigue très bien menée. Evidemment, il faut aimer le style sentimental mais il ne faut pas négliger tout de même que l'écrivain nous fait visiter le métier de couturière et toute la gestion d'une petite équipe par Marguerite Laurent tout ceci dans un décor historique. On n'a guère le temps de s'ennuyer faute de temps morts. Ma note 6, juste au-dessus de la moyenne, s'explique par le fait que je ne resterai pas marquée par ce livre. C'est du marivaudage qui représente une danse entre trois prétendants qui tournent autour de celle qu'ils désirent séduire ou épouser. Agréable à lire, il reste néanmoins un livre romantique pour toutes les femmes et les jeunes filles.

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg LARSSON

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : De son vrai nom Karl Sti-Erland, Stieg Larsson est un journaliste né en 1954. Il a fait des essais sur l'économie et des reportages de guerre en Afrique. En 1980, il était président du Skandinavisk Forening for Science Fiction (SFSF). Il a été rédacteur en chef du journal "Fondation Expo", observatoire des manifestations ordinaires du fascisme. Il a évolué dans ses idées politiques au départ socialiste puis plus critique. Décédé brutalement d'une crise cardiaque en 2004, il nous laisse une trilogie de romans policiers appelée "Milénium" avec trois titres. Le premier paru en 2005 est : "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes". Le second en 2006 : "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette." Et le troisième en 2007 : "La reine dans le palais des courants d'air". Il avait eu le temps de rencontrer son éditeur une semaine avant sa mort et la parution de son premier tome mais il n'a pas connu le succès mondial de son oeuvre dont le premier recueil a été tourné en film en mai 2009 en France.
RESUME : Mikaël Blomkvist, journaliste puis par la suite enquêteur, va devoir quitter son poste de rédacteur dans son journal suite à une dénonciation qui l'accuse de diffamation d'un grand requin de la finance. Contraint de quitter momentanément cette activité professionnelle, il va enquêter sur la disparition d'Harriet Vanger ceci sous les ordres d'un certain industriel Henrik Vanger, l'oncle de la jeune fille, qui va faire appel à ses services ainsi qu'une autre personne Lisbeth Salander avec qui il va devoir coopérer.
MES IMPRESSIONS : Surprise par cette lecture qui, au premier abord, ne me paraissait pas attirante. Je suis obligée de reconnaître que je suis rentrée dans ce livre instantanément. Dès les premières lignes, on est comme envoûté par la description minutieuse des personnages et des lieux qui leur sont attachés. La progression pourtant lente car l'intrigue s'installe très doucement au début n'est pas du tout ennuyeuse. Stieg Larsson sait nous faire profiter de chaque moment et de chaque personne. Plus on avance dans le livre, plus il est difficile de s'arrêter. L'enquête démarrée vraiment vers la trois-centième page nous captive tellement que c'est le moment de dévorer à pleines dents toute l'histoire.
Ma réserve ira tout de même sur des moments très violents dans le livre en matière de sexe et de torture. A ne pas mettre entre des mains trop jeunes et fragiles. La violence est vraiment réellement bien présente.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper LEE

ROMAN PARU EN 1960, REEDITE EN 2005Le choix de ce livre s'est fait durant les vacances sur le rayonnage d'une bibliothèque et aussi car j'en avais entendu parler.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Harper Lee est une écrivaine anglaise née à Monroeville en Alabama en 1926. Elle commence des études de droit qu'elle abandonne pour se consacrer à l'écriture. Elle reçut le Prix Pulitzer en 1961 pour cet unique livre qui est toute son oeuvre. Son roman fait partie des plus grands best-sellers du XXème siècle. Elle vit toujours quasiment dans l'anonymat entre New-York et Monroeville. Ce livre a été réédité entre autre en 2005 ce qui explique que je l'ai noté dans mon blog.
RESUME : Atticus Finch, avocat de profession et veuf très tôt, élève seul ses deux enfants Jem et Scout. Ils habitent paisiblement dans une petite ville d'Alabama lorsque le père est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Alors qu'il défend cet homme de couleur avec toute la conviction sincère qu'il incarne, ses enfants sont confrontés aux préjugés des hommes, à leurs mensonges et leurs injustices. Ce procès semble les concerner à cause du tapage médiatique et violent qu'il entraîne.
MES IMPRESSIONS : Encore un roman que j'ai dévoré car de la première à la dernière page, je n'ai pu levé les yeux. L'intrigue est admirablement menée, les personnages sont attachants. On ressent beaucoup de tendresse et d'humour au cours de cette lecture. Le regard des enfants sur le monde des adultes en dit long sur leur façon de percevoir les choses : leur spontanéité n'a pas d'égale, leur sens de la justice est implacable, leur logique est sans équivoque et pourtant lorsqu'on passe à l'âge adulte toute cette mécanique se grippe. Leur père est éclairé lui, par contre, par le comportement de ses enfants qui veulent en savoir toujours plus. Il est plutôt ouvert avec eux et leur explique bien ce qu'il se passe dans ce monde cruel des hommes qui se défient, se détestent, se jalousent et se jugent. Ce roman nous entraîne dans l'éternel problème universel du racisme et de l'injustice liée à celui-ci. Ce qui différencie peut-être des autres récits que j'ai pu lire dans le domaine, c'est cette vision enfantine inhabituelle qui est extraordinairement traitée. Je conseille ce livre à tous et même des adolescents en quête d'un excellent roman qui parle de problèmes tellement actuels. Le livre n'a pas vieilli, il se lit extrêmement bien.

Et si c'était vrai / Vous revoir de Marc LEVY

1 ROMAN EN 2 LIVRES PARUS EN 1999 ET 2005
Le choix de ces deux livres s'est fait par la médiatisation et mon cercle de lecture.
Je donnerai à ces deux livres 5/5 et 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Marc Lévy est né en 1961. Avant d'écrire son premier roman "Et si c'était vrai" en 1998, il travailla à la Croix Rouge où il fut nommé directeur. Il créa plusieurs entreprises dans divers domaines et voyagea aux USA . Il eut un fils en 1989. Il écrivit d'autres romans comme "La prochaine fois" et "Où es-tu ?" , "Sept jours pour une éternité" et pour finir
par "Vous revoir" en 2005 qui est la suite de "Et si c'était vrai".
RESUME : des deux livres qui n'en font qu'un. Lauren, interne dans un grand hôpital, va prendre un repos bien mérité. C'est le premier jour de ses vacances qu'elle va avoir un très grave accident qui la laisse dans le coma. Arthur, architecte, fait sa connaissance dans le placard de son appartement où il vient récemment d'emménager. Sans dévoiler l'issue du premier livre, le second se trouve être la nouvelle rencontre de nos deux protagonistes.
MES IMPRESSIONS : J'ai été emportée littéralement par ces deux livres surtout le premier qui était inovateur en terme d'imagination. Je me suis vraiment évadée oubliant le monde réel qui s'agitait autour de moi. Je sais que les avis sont partagés sur ce type de littérature que certains qualifieront durement d'un "méga" coup commercial. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cette analyse car l'idée du roman est très originale, il fallait y penser et le transformer en un ouvrage à suspens. Bien sûr, ce ne sont pas des romans qui sont dits intellectuels mais c'est distrayant, on se laisse porter par l'histoire, on rêve. On peut tout de même s'interroger sur des sujets importants comme l'euthanasie, la vie après la mort, le coma, jusqu'où va l'amour de deux êtres, le sens donné à la vie.
A lire pour tous. Il y a une bonne intrigue, les livres sont bien menés. L'auteur a su retenir notre attention et piquer notre curiosité.

Soleil levant de Chi LI

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 3/5
Quelques mots sur l'auteur : Chi Li est née à Wuham en Chine en 1957. Elle a exercé le métier de médecin avant de devenir une écrivain reconnue. Elle a été fondatrice du groupe néoréaliste.
RESUME : Ce livre "Soleil levant" se déroule en Chine. Zhao Shengtian va épouser Li Xiaolan. Seulement le mariage commence mal car Li s'aperçoit au début de ses noces qu'elle est enceinte. Ils auront une fille qu'ils appeleront "Soleil levant".
MES IMPRESSIONS : Chi Li nous entraîne dans la Chine profonde d'une façon très naturelle et réaliste. On est tout de suite pris dans l'histoire. Son roman ressemble plus à un récit de la vie quotidienne qu'à une fiction. Les personnages sont dépeints avec plein de finesse et de psychologie. On sent le sens de l'observation au travers du regard du médecin. L'écrivain nous touche sur les rapports parfois inhumains entre les membres d'une même famille, leur froideur dûe à leurs coûtumes et la pauvreté dans laquelle ils vivent pour la plupart d'entre eux.
Plusieurs questions sont posées au détour de cette lecture et nous incitent à une certaine réflexion. On est enclin à analyser des problèmes fondamentaux : l'avortement, le sexe de l'enfant à naître, la condition de la femme chinoise, la garde des enfants, le travail de la femme, le logement, les relations entre les différentes générations, la médecine chinoise et ses pratiques, la natalité réglementée...
Pour conclure, j'ajouterai que ce roman est à la fois une histoire vivante et un documentaire. Li Chi est une auteur qui ne manque pas d'humour parfois dans ses descriptions et sur les problèmes économiques des gens du peuple. Son roman est complètement réaliste.
A lire pour une clientèle plutôt féminine.

Sauve-moi de Guillaume MUSSO

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur l'auteur : Guillaume Musso est né en 1974 à Antibes. Il lit beaucoup dès son plus jeune âge. Il essaye d'écrire un premier livre qu'il ne publiera pas mais qui lui montre qu'il est capable d'en faire d'autres car il a des idées et qu'il parvient à écrire facilement. Il part ensuite aux USA quelques mois. Grâce à une vie bien occupée là-bas où il trouve un petit job, il rentre après en France avec des idées plein la tête. Il réussit le CAPES de Sciences Economiques et devient professeur. Il enseigne à l'Université de Nancy depuis 1999. Il fait paraître en 2004 son premier roman "Et après".
RESUME : Sam, médecin, se noit dans le travail pour oublier le décès de sa femme Federica. C'est alors qu'il rencontre Juliette dans des circonstances inattendues. Leur rencontre va se baser sur deux mensonges, puis Juliette repart en France. Sam apprend que l'avion explose en plein ciel, lui qui aspirait enfin à un peu de bonheur... D'autres péripéties vont arriver avec en toile de fond la résolution d'une autre histoire.
MES IMPRESSIONS : Livre agréable à lire et fort passionnant. Le reproche que je pourrai lui faire c'est que la présence du surnaturel est toujours un peu la même que celle de son premier roman "Et après" dont je parle aussi dans mon blog (parution en 2004). Une fois de plus et je crois ne pas être la seule à le penser : le style "Musso" ressemble beaucoup aux romans de Marc Lévy dans la façon de raconter et les genres d'évènements qui arrivent. Il ne faudrait pas que le lecteur se lasse, c'est d'ailleurs une remarque qui est valable pour Marc Lévy. Guillaume Musso nous entraîne pour autant dans un univers inhabituel tout en restant aussi dans la réalité de la vie. Il est très raffiné dans la description et les sentiments de ses personnages.
Je vais continuer à le lire car c'est un jeune écrivain qui est très doué et qui va peut-être nous surprendre dans ses prochains écrits.

Maestro de Xavier-Laurent PETIT

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Xavier-Laurent Petit est né en 1956 en région parisienne. Il a été instituteur puis directeur d'école. Un jour, il a décidé de prendre une année sabatique pour s'occuper de ses enfants. Mais finalement très vite il se met à écrire car plein d'idées fourmillent dans sa tête depuis un moment et qu'il peut enfin les exprimer sur papier. Il a déjà écrit 6 autres livres essentiellement pour la jeunesse mais pas uniquement. Il ne veut plus arrêter sa nouvelle passion qui est l'écriture.
RESUME : Saturnino est un gamin des rues, cireur de chaussures. Orphelin depuis quelques temps il essaye de survivre tant bien que mal tout en protégeant sa petite soeur Luzia. Il va faire la rencontre incroyable d'un vieil homme qui se dit chef d'orchestre et qui va l'entraîner lui et tous les enfants de la rue dans une aventure musicale extraordinaire.
MES IMPRESSIONS : Ce livre à lire à partir de 12 ans environ est un petit chef d'oeuvre. On se laisse emporter dans un tourbillon musical que je ne suis pas prête d'oublier. Il y a beaucoup de générosité dans ce roman et la pauvreté décrite de façon respectueuse nous montre que l'on peut toujours trouver le bonheur malgré les vicissitudes. C'est une véritable leçon de vie à laquelle on assiste, l'amour sort victorieux de cette histoire.
Je le conseille pour tous et en particulier à nos enfants qui ont parfois besoin de redescendre sur terre et comprendre le vrai sens de la vie.

Africa Trek II Du Kilimandjaro au lac de Tibériade de Sonia et Alexandre POUSSIN

RECIT PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait car j'avais lu le premier dont vous pouvez voir l'analyse ci-dessous dans mon blog.
Je lui donnerai aussi 3.5/5.
Quelques mots sur les auteurs : voir Africa Trek I
RESUME : Sonia et Alexandre Poussin continuent leur voyage. Après avoir parcouru déjà 7000km, ils entament dans ce livre l'autre moitié de leur marche du Kilimandjaro jusqu'au lac de Tibériade entre le 15/06/02 et le 16/03/2004.
MES IMPRESSIONS : Je ne pouvais pas rester uniquement sur la lecture du premier cahier après ce voyage exceptionnel qu'ont entrepris Sonia et Alexandre Poussin sur les pas de l'Homme et la recherche de son origine. C'est un moment d'évasion qui m'a beaucoup plu et m'a permis à mon tour de m'imaginer sur ces routes. Certaines régions m'ont particulièrement intéréssées de l'Egypte et ses pyramides, le Soudan et sa pauvreté toujours d'actualité, pour finir en Israël et les problèmes complexes des frontières avec ses voisins. On connaît de plus en plus le couple "Poussin" qui fait preuve de beaucoup de courage, de détermination malgré les obstacles rencontrés. Il y a évidemment quelques longueurs et la répétition des haltes chez les uns et les autres est parfois un peu lassante car on a souvent l'impression que chaque invitation tombe du ciel comme par miracle et ainsi tout se résoud même si le confort n'est pas forcément là. On oublie aussi assez vite ce qu'on a lu car les régions traversées sont très nombreuses d'autant plus que je n'ai jamais été particulièrement concernée par ces contrées auparavant. A lire très certainement pour les personnes passionnées par les voyages et la description de toutes ces régions traversées.

A marche forcée de Slavomir RAWICZ (A pied du Cercle polaire à l'Himalaya 1941-1942) SORTIE DU FILM 26/01/10 Les chemins de la liberté

ROMAN PARU EN 1956, réédité 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 10/10.
Quelques mots sur l'auteur : Slavomir Rawicz est né en 1915 en Pologne. Il est mort en 2004 à Londres où il a habité après son évasion. Il se consacrait à une carrière de technicien (électricité, radio) avant d'être arrêté en 1939 par les soviétiques en tant qu'officier de cavalerie polonais accusé d'espionnage. Condamné au goulag en Sibérie, il s'enfuit avec 6 hommes. Il réussira à atteindre l'Inde après des mois de marche, de souffrance et d'endurance. Il y a eu des doutes durant plusieurs années sur la véracité de son récit mais il semblerait que des preuves ont pu être apportées à ce jour pour valider cet évènement. On se sait rien sur sa vie qui a suivi, il est resté très discret. Il aura écrit ce seul livre qui sera vendu à plus de 500 000 exemplaires et traduit en 25 langues.
RESUME : Récit d'un voyage inhabituel où Slavomir Rawicz sera arrêté en 1939 par le NKVD (police secrète russe) pour espionnage. Il est polonais et s'était engagé militairement pour son pays. Il sera conduit en Sibérie avec 5000 autres prisonniers dans des conditions épouvantables au risque de sa vie. Révolté par cette situation pour dénonciation mensongère, il organise une évasion du camp 303 en Sibérie avec 6 autres compagnons de route choisis pour leur volonté de s'en sortir et leur détermination. Ils traverseront le lac Baïkal, la Mongolie, le désert de Gobi et l'Himalaya pour arriver en Inde, sans nourriture et sans équipement adaptés dans des conditions proches de l'irréalisable.
MES IMPRESSIONS : Un récit bouleversant, instructif et tellement beau. On sent l'homme déterminé au delà des forces qu'il peut donner. La justice qui se sert de certains hommes pour en juger d'autres ressort ici comme honteuse, malhonnête et violente. Durant cette seconde guerre mondiale, les soit disant "coupables" sont traités comme des chiens, et ce n'est même pas sûr qu'un chien survivrait à ces traitements. Le bagnard n'a pas le droit de se justifier, c'est inconcevable. Mais une fois cette partie du livre écoulée, c'est le goulag. On sent quelques prémices d'humanité de certains hommes mais tellement timides alors qu'ils massacrent leurs congénères de chair et d'os qui sont comme eux : des hommes. Ils sont obligés d'obéir à des ordres de plus haut, c'est aussi cela le drame. Slavomir Rawicz décrit à merveille tous ces moments de  torture, de douleur, de découragement et toujours d'espoir quand même. Dans le camp, on sent qu'il y a de l'hypocrisie avec les gardiens russes, mais c'est la seule façon de pouvoir s'en sortir. Il faut les amadouer, leur montrer qu'on est de leur côté. Puis, la femme du colonel va leur donner un coup de main pour réussir leur évasion. Cette présence féminine qui a tout compris de ces horreurs n'admet pas vraiment cet état de fait. Elle-même est prisonnière sur le camp puisqu'elle est obligée de rester dans sa maison avec son mari. Elle se veut complice car elle a compris que toute cette mascarade ne sert à rien et que ce n'est pas normal de traiter les prisonniers ainsi, de laisser des jeunes hommes innocents peut-être et intelligents rester 25 ans à croupir au fin fond de la Sibérie. Puis le voyage va commencer et nos protagonistes ne sont pas au bout de leur peine. Ils vont souffrir de la faim, du froid et de la chaleur mais leur détermination sera sans faille. Ils sont tous motivés pour cette liberté qu'ils attendent tous. Leur périple est semée d'embûches au-delà du réalisable. On rencontrera quelques incohérences dans le livre qui en feront douter certains sur sa véracité. Depuis, il paraîtrait qu'on ait trouvé des preuves sur le déroulement de cette évasion. Je n'ai pas personnellement été gênée par ces incohérences remarquées. Douze jours sans boire m'a paru un peu excessif mais certains détails manquent parfois dans le descriptif. La rencontre avec les abominables hommes des neiges pourrait être une pointe d'humour pour un peu de dérision. Quant à leurs minces équipements, leurs états de santé fragilisés par le manque de nourriture, on n'est pas forcément apte à dire qu'ils ne pourraient pas faire ce qu'ils ont fait. L'homme s'est trouvé parfois très résistant dans des situations de l'extrême alors on ne peut pas juger. Les hommes qui élevaient les chèvres dans la montagne ne semblaient pas beaucoup plus couverts ni beaucoup mieux chaussés. En traversant les zones très froides avant l'arrivée en Sibérie, ils avaient déjà enduré beaucoup ce qui pouvait expliquer leur exceptionnelle endurance. Ce n'est certainement pas à moi de trouver des raisons à l'exactitude de ce récit mais je ne peux imaginer qu'une personne ait pu décrire de telles choses sans qu'il y ait une part de vrai. C'est à lire absolument. Le côté aventurier m'a fait pensé à un autre livre qui figure dans mon blog  que je viens de lire "La route" de MCCarthy. C'est la même détermination de s'en sortir à tout prix. Une chose m'a par contre manquée et c'est là que l'on voit que ce n'est pas un roman, on n'a pas su quelles ont été les réactions sur le camp après l'évasion et il aurait été intéressant de savoir ce qu'il s'est passé le lendemain matin lors de l'appel des prisonniers. Il reste cette inconnue qui aurait eu tout son poids aussi dans cette histoire. Sortie le 26 janvier 2010 au cinéma du film qui raconte toute cette histoire : le livre "A marche forcée" devient "Les chemins de la liberté". Après cette lecture, rien ne vous empêche d'aller voir le film.

Ma vie avec Mozart d'Eric-Emmanuel SCHMITT


ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait en écoutant une promotion de l'écrivain à la radio.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Eric-Emmanuel Schmitt est né en 1960. C'est un grand écrivain de notre temps, ce qui est une chance pour nous de l'entendre parler de son oeuvre. Pour plus de renseignements sur sa vie et son oeuvre, voir le livre "Lorsque j'étais une oeuvre d'art" dans les parutions 2002.
RESUME : Ce livre nous relate la vie personnelle de l'écrivain au travers de lettres imaginaires qu'il a écrit au musicien Mozart. Il se confie à lui, lui parle de ses préoccupations, de ses soucis, de ses interrogations sur le sens de la vie, de la religion... de la mort, de la maladie. Mozart est son confident et lui répond à sa façon... par la musique (1 cd audio de Mozart est offert avec le livre).
MES IMPRESSIONS : L'originalité de ce livre tient à ce monologue qui se veut être un dialogue. La musique imposée par l'auteur qui peut s'écouter en même temps que la lecture de son récit donne une note poétique à cette prose.
J'ai eu un peu de mal à pénêtrer dans ce livre, mais grâce à une seconde lecture bien concentrée, j'en ai mieux compris les subtilités. C'est la même chose lorsqu'on lit une poésie ou une pièce de théâtre, il faut un minimum de concentration.
Même si au premier abord, j'ai pensé que ce livre était un bon coup de publicité en référence au 250ème anniversaire de la mort de Mozart, il n'en reste pas moins un bon livre à lire et passer un bon moment avec Eric-Emmanuel Schmitt qui se dévoile un peu plus ici.

Les miscellanées de Mr Schott de Ben SCHOTT

RECUEIL PARTICULIER PARU EN 2005
J'ai choisi ce livre car il figurait dans les coups de coeur d'un magasin.
Je lui donnerai 3/5
Quelques mots sur l'auteur : je n'ai rien trouvé sur la biographie de cet auteur.
RESUME : C'est un ouvrage sans équivalent. Il est difficile à définir : tantôt un dictionnaire, ou une enclycopédie, un almanach ou une anthologie, ou un fourre-tout, ou un vade-mecum. C'est un recueil à la fois utile ou inutile. On passe aux fournisseurs de Sa Majesté Elisabeth II aux locutions latines et leur traduction, au langage des fleurs, aux indications musicales et aux neuf muses. Le plus amusant peut-être c'est qu'au bout du compte, ce livre se révèle effectivement pratique.
MES IMPRESSIONS : Je me suis bien amusée en le lisant, disons plus exactement en le parcourant. Il est plein d'esprit et d'humour, un mélange de rigueur et d'absurde. Le livre est représenté comme un objet de luxe, il est bien relié et offre une élégance toute britannique.
Je le conseillerai pour son côté original, il peut aider pour les amateurs de mots croisés, les questions culturelles dans des jeux divers. Le feuilleter déjà en librairie vous donnera un premier aperçu et vous vous laisserez peut-être séduire comme moi.

People or not people de Laurent WEISBERGER

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur l'auteur : Lauren Weisberger sort diplomée de l'Université de Cornell. Elle a été rédactrice de "Vogue Magazine". En 1999, son roman "Le diable s'habille en Prada" remporte un vif succès et sera best seller du New York Times. Elle vit actuellement à New York.
RESUME : Beth a 26 ans. Les fiançailles de sa meilleure copine Penelope lui font prendre conscience qu'elle n'est finalement pas très heureuse dans sa vie personnelle et professionnelle. Son oncle Will décide de la sortir de là et lui trouve une nouvelle situation dans une boîte de R.P. à la place de la banque dans laquelle elle semblait s'endormir. Elle est chargée d'organiser des sorties branchées avec les VIP et finit par faire la une des journaux malgré elle.
MES IMPRESSIONS : Dans le même lignée que "Le diable s'habille en Prada", ce roman est tout à fait détendant pour les vacances. Il n'y aucune référence littéraire à faire avec ce genre de livres mais on est pris dans le tourbillon de l'histoire. On est baigné dans le monde "people" et c'est plutôt amusant, on voit vivre toute cette faune qui n'a comme but que de dépenser de l'argent en buvant, se droguant...etc.
Bref, à lire pour celles qui aiment les livres un peu frivoles et plaisants.

Trois jours chez ma mère de François WEYERGAS

ROMAN PARU EN 2005, PRIX GONCOURT 2005
Le choix de ce livre s'est fait dans une librairie.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur l'auteur : François Weyergans est né à Bruxelles en 1941. Il s'est orienté au début de sa carrière vers le cinéma (IDHEC), réalise un film sur Maurice Béjart puis deux longs métrages jamais projetés. Il entre en analyse chez Jacques Lacan et il raconte cela dans le "Le pitre" dont il obtient le Prix Roger Nimier en 1973. Depuis, il s'est mis à l'écriture. On retiendra "Salomé", "Franz et François" parmi ses nombreux livres.
RESUME : L'auteur se raconte dans la conception de son futur livre. François Weyergraf est le héros de son propre roman. Il paraît perturbé, angoissé et n'est pas très inspiré. Il voudrait aller rendre visite à sa mère qui commence à prendre de l'âge, mais il est trop occupé, il n'arrive pas à se libérer. Il se décrit dans son métier d'écrivain avec ses pannes d'écriture, ses pensées et la vie quotidienne qui continue en même temps.
MES IMPRESSIONS : C'est la première fois que je lis un livre de cet écrivain. Qu'en dire ? Ambiance particulière dans ce roman, pas désagréable pour autant. On parcourt son récit selon les états d'âme du narrateur. François Weyergraf est ultra-sensible, dépravé même, infidèle aussi. On découvre le côté désordonné de l'artiste, l'être fantaisiste qui a aussi des réflexions organisées et qui revient sur terre à ses heures. Ce roman est bien écrit, on veut le finir à tout prix. C'est mystérieux et à la fois si réaliste et réel, on s'attache à ce personnage si décousu. A lire certainement.