05/01/2010

LIVRES PARUS EN 2004

Les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut de Mitch ALBOM

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 2,5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Mitch Albom est né en 1959. C'est un romancier américain.
RESUME : Ce livre nous conte la vie, la mort et le passage vers l'au-delà d'Eddie. Il est mort à 83 ans sur le lieu de la fête foraine où il a travaillé toute sa vie veillant au bon fonctionnement des attractions. Il va rencontrer cinq personnes lorsqu'il sera "là-haut", qui vont lui permettre de comprendre certaines interrogations qu'il se posait déjà de son vivant et qu'il n'avait pu résoudre.
MES IMPRESSIONS : Je trouve l'idée de ce livre assez recherchée. La conversation que l'on pourrait avoir avec des êtres que l'on a aimés ou rencontrés sur terre se ferait plus tard dans l'au-delà. Est-ce possible, est-ce rêvable ? On peut se l'imaginer pleinement. Mais cette idée me fait penser à toutes ces théories sur l'existence de la continuité de la vie plus ou moins bien interprétée. Attention à la dérive que cela pourrait engendrer. Tout ne peut pas s'expliquer même si Eddie en discutant avec ces cinq personnes va mieux comprendre ce qu'il a mal vécu sur terre et ce qu'il n'avait pas bien compris. Il semble ainsi se réconcilier avec son passé et traverser son purgatoire avec plus de sérénité et se fondre dans l'éternité tranquillement. Cela me fait penser à toutes ces théories surnaturelles que l'on rencontre dans le new age. Beaucoup de livres et de films sont basés là-dessus de nos jours. Que doit-on en penser ? Doit-on rester terre à terre au premier degré, ou au contraire se poser des questions plus ou moins philosophiques ?
Pour conclure, je dirai que ce roman est un bon moyen pour rêver. Il se lit bien même si sa rédaction littéraire est plutôt moyenne. Son succès international nous prouve qu'il touche une grande partie des lecteurs.
Son originalité le classe plutôt bien mais l'histoire n'est pas extraordinaire.

De la dolce vita à la rencontre de Dieu de la Princesse Alessandra BORGHESE

TEMOIGNAGE PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 5/5
Quelques mots sur l'auteur : je n'ai pas pu avoir de renseignements sur la Princesse Alessandra Borghèse autre qu'elle soit héritière de l'illustre famille Borghèse.
RESUME : Elle nous parle du témoignage de sa vie, qui, en un jour, a basculé vers Dieu. Le livre débute au rythme de ses sorties dans la jet-set qu'elle fréquente car elle en fait partie d'une certaine façon, elle rencontre les grands de ce monde, les puissances d'argent et des médias, l'aristocratie. Sa vie personnelle est cependant traversée par de très lourdes épreuves malgré les paillettes qui brillent autour d'elle. Elle rencontre alors la Princesse Gloria Von Turn und Taxis et tout va changer. Vous lirez la suite maintenant.
MES IMPRESSIONS : un livre que j'ai beaucoup aimé car tout en étant dans une vie trépidante, la Princesse Alessandra Borghèse va se poser des questions fondamentales sur le véritable sens de sa vie. D'un seul coup, son regard sur les autres et ce qui l'entoure va se modifier. Elle nous permet de nous interroger à notre tour sur notre façon de mener notre propre vie. Pourquoi sommes-nous là et quelle est notre mission sur la terre ? Il y a dans ce livre une réflexion à la foi qui m'a interpellée. On sent chez elle une sérénité qu'elle n'avait pas au début de son récit, elle nous la fait partager et je la reçois 5 sur 5. Elle parle de la découverte de la messe avec des mots si simples, si clairs. Les difficultés l'ont certainement amenée à s'interroger sur le pourquoi de son existence et notre existence à tous aussi.
Je le conseille pour des personnes réceptives à la religion catholique, à celles qui s'interrogent et veulent en savoir plus sans se prendre la tête.

Da Vinci Code de DAN BROWN

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre m'a été conseillé par un membre de ma famille.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur l'auteur : Dan Brown est né en 1964. Da Vinci Code est son premier roman. J'ai entendu lors de son procès qui a eu lieu récemment alors qu'on l'accusait d'avoir copié un autre livre, que sa femme s'occupait de toute la recherche de documentation. La résolution d'énigmes lui a été "enseigné" dans son enfance. Son père lui faisait souvent découvrir des problèmes et il se cassait la tête pour les solutionner. Cela lui sert bien dans les romans.
RESUME :Jacques Saunière, célèbre conservateur en chef du musée du Louvre, âgé de 76 ans est retrouvé mort dans la Grande Galerie. Il avait rendez-vous avec un éminent spécialiste de symbiologie pour examiner une série de pictogrammes en rapport avec l'oeuvre de Da Vinci Code. En déchiffrant le code, il met au grand jour l'un des grands mystères de notre temps... et devient un homme traqué.
MES IMPRESSIONS : C'est un très bon roman plein de suspens, bien mené. J'ai lu ce roman tout à fait comme une fiction. Je n'ai aucunement eu envie de me référer à la religion et à l'histoire. Ceci m'a permis de le prendre au premier degré. Je sais que ce livre a engendré beaucoup de polémiques car certains y ont vu des mensonges, une vérité que l'auteur a voulu s'approprier. Je ne veux pas entrer dans ce débat-là. Il est vrai que Dan Brown a su se servir de faits connus qui ont suscité la curiosité qui ont entraîné un énorme coup de pub pour son oeuvre. Pourquoi ce livre a-t-il eu à ce point un succès mondial ? Probablement car il bouscule les dogmes établis de l'Eglise Catholique Romaine. Le message se veut spirituel, c'est très à la mode en ce moment. Dan Brown s'est très certainement bien documenté, il manipule très intelligemment le vrai du faux. Je pense que la fin de son roman n'est pas aussi réussie après ce que l'on pourrait en attendre au fil des pages.
Bon roman à lire si vous aimez le suspens, il permet de passer un bon moment. Son adaptation au cinéma dans les prochains jours sera certainement aussi un succès.

Les jours de mon abandon d'Elena FERRANTE

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai déjà lu deux romans que j'ai appréciés de cet auteur.
Je lui donnerai 9/10.
Quelques mots sur l'auteur : Elena Ferrante, son pseudonyme, serait née en 1943 à Naples. En effet, cet écrivain ne souhaite pas être identifiée pour protéger sa vie privée et ne voit pas l'intérêt que ses lecteurs la connaissent. Depuis peu, certains avanceraient que c'est une femme et elle pourrait être Anita Raja, la femme d'un écrivain italien Domenico Starnone. Elle vivrait en Grèce ou serait retournée s'installer à Turin. Elle n'accorde aucune interview à des journalistes, seulement par écrit dans le journal l'Unita en 2002. Son premier roman "L'amour harcelant" est paru en version italienne en 1992 (vf 1995),  et parmi son oeuvre j'ai relevé "Les jours de mon abandon" (vo 2002, vf 2004) et "L'amie prodigieuse" (vo 2011, (vf 2014). Il sera suivi par "Le nouveau nom" en 2016 et "Celle qui fuit et celle qui reste" en 2017 en version française.
RESUME : Olga qui a 38 ans, mariée depuis 15 ans, mère de deux enfants se voit abandonnée par son mari sans explication. Elle va vite en trouver la raison et tombera dans un genre de folie qui la mènera dans le désespoir l'empêchant de s'occuper correctement de ses enfants et de sa maison.
MES IMPRESSIONS : J'ai apprécié la manière dont Elena Ferrante raconte la montée du désespoir d'Olga face à une situation qu'elle n'attendait pas. Son mari n'a plus envie de vivre avec elle et tout s'écroule d'un coup. Elle reste avec ses deux enfants dont elle a la garde mais tout se détériore. Sa vie ne ressemble plus à rien, elle se néglige et n'arrive plus à s'occuper des enfants et du chien. La mort rôde autour d'elle et elle va devoir puiser des forces en elle pour s'en sortir. L'analyse de la personne qui se retrouve seule est très bien rendue, sa perte des repères de la vie quotidienne et sa tristesse l'entraînent vers la folie. La prise de conscience du mal qui la dévore va lui permettre de s'en sortir mais au prix de sacrifices qui ne lui ressemblent guère. Elle revient à la raison en quelque sorte.

Le soleil des Scorta / La mort du roi Tsongor de Laurent GAUDE

2 ROMANS PARUS EN 2004
Le choix de ces deux livres m'ont été conseillés par des amis et mon cercle de lecture.
Je donnerai au premier livre 5/5 et le second 3/5
Quelques mots sur l'auteur : Laurent Gaudé est né en 1972. Il fit des études de Lettres Modernes et réalise une thèse de théâtre, sa grande passion. En 1999, il publie sa première pièce : Combats de possédés. Après avoir écrit plusieurs pièces de théâtre, il se lance dans l'écriture des romans. En 2002, il reçoit le prix Goncourt des lycéens pour "La mort du roi Tsongor" et le prix des libraires en 2003. Plus tard en 2004, il reçoit le prix Goncourt pour "Le soleil des Scorta" et se fait connaître du grand public.
1er RESUME : Je commence par "Le soleil des Scorta" que j'ai préféré et que j'ai lu en premier. C'est l'histoire d'une famille les Scorta qui vivaient pauvrement à Monteppucio en Italie du Sud. Leur lignée est fondée sur un viol et Rocco doit se défendre pour sortir de cette impasse. Il parvient à se faire respecter du village au travers d'un combat violent et incessant voire la terreur.
MES IMPRESSIONS : Cette histoire, située à la fin du XIXème siècle et début XXème, très bien menée, éveille en nous une réflexion sur la vie et les vies qui se succèdent de génération en génération. Est-ce que notre destin est marqué d'avance et suit-il un chemin tout tracé ? Face aux épreuves qu'ils vont rencontrer, les descendants de cette nouvelle lignée vont s'unir. L'écrivain nous fait découvrir un message d'espoir, d'amour et de croyance en l'homme alors que la violence, la haine et la misère prédominaient au début de leur existence. Il nous fait partager sa façon simple d'écrire, la profondeur des sentiments de ses personnages et la description d'une Italie du Sud arride et pauvre.
2ème RESUME : Je poursuit par "La mort du roi Tsongor".
Au sein d'une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d'un empire immense, s'apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles,...
MES IMPRESSIONS : On reconnaît le style de Laurent Gaudé simple et dépouillé. Cependant, je trouve qu'il est plus confus dans ce livre. Les personnages sont très nombreux, cela en est peut-être la raison. Il y a aussi quelques longueurs ce qui lui ôte la clarté qu'avait son précédent roman. On est tout de même emporté par l'intrigue qui reste attractive. Le fait d'avoir lu "Le soleil des Scorta" lui a certainement nui quant à mon jugement.
CONCLUSION : ces deux livres sont de très bons romans. Si vous voulez lire les deux, commencez alors par "La mort du roi Tsongor", vous ne serez pas déçus.

Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark HADDON

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait par l'intermédiaire d'un professeur de lycée de mes enfants.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Mark Haddon, né en 1962 à Northamton, est un romancier et poète anglais, qui a écrit de nombreux livres pour enfants "Agent Z" avant de publier son premier roman "Le bizarre incident du chien pendant la nuit"qui a rencontré un triomphe public et critique en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Ce roman a de plus remporté le prestigieux Prix Whistbread du meilleur livre de l'année 2003, traduit de l'anglais par Odile Demange et édité en France en 2004. Mark Haddon a écrit par ailleurs en 2007 "Une situation légèrement délicate" et "Vacances à l'anglaise" en 2012 (VO) et 2014 (VF). On le dit athée et végétarien. En 2004, il a dit "Je suis un athée dans un monde très religieux". Il vit à Oxford avec sa femme et ses deux enfants..
RESUME : Christopher, 15 ans, enfant autiste, fort en math et en logique, il aime le rouge mais déteste le jaune et le marron. Une nuit, il découvre le cadavre du chien de sa voisine, Madame Shears, transpercé d'une fourche. Dès lors, il n'a plus qu'une idée en tête : trouver l'assassin de cet animal qu'il appréciait mais son enquête lui fait découvrir bien d'autres choses.
MES IMPRESSIONS : Roman attachant, facile à lire et captivant qui permet de rentrer dans le monde intérieur d'un adolescent autiste. Christopher raconte son histoire avec des mots simples, il est dérangé par des crises d'angoisse liées à sa personnalité et à sa différence. Il vit des moments de panique et de solitude. Pour se calmer, Christopher a recours à des exercices de logique et de maths qui sont présents dans le livre de façon illustrée (que l'on peut d'ailleurs faire soi-même). Cette présentation pour le lecteur est très originale et attirante. En fait, ce jeune garçon nous emmène dans un autre monde : le sien. Ce monde que nous ne savons plus voir : l'observation des moindres détails qui nous entourent.
Cet ouvrage est aussi un roman plein de tendresse et de souffrance. L'auteur nous fait passer un merveilleux voyage dans le cerveau de cet adolescent. Il nous fait découvrir tout en finesse ce monde des enfants autistes avec leurs forces et leurs faiblesses, leur sensibilité et leur logique. Après avoir lu ce livre, on ne peut plus regarder notre quotidien avec le même regard. Et si Christopher était dans le vrai ? Car il nous fait faire un retour sur nous-mêmes, sur les conventions et les codes tacites de notre civilisation, sur les non-dits, comme si l'on passait de l'autre côté d'un miroir pour mieux s'observer.
Cette lecture m'a procuré beaucoup de plaisir. J'ai été enthousiasmée et je vous conseille fortement de le lire au plus vite, car même en étant un roman, il n'en reste pas moins un véritable documentaire. Et j'ajouterai que vos enfants, à partir de 11/12 ans environ, peuvent le lire. C'est un très beau livre pour tous.

Lilah / Sarah de Mark HALTER

2 ROMANS PARU EN 2004 ET 2005

Le choix de Lilah s'est fait par un conseil familial.
Le choix de Sarah s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je leur donnerai à tous les deux 3/5 Quelques mots sur l'auteur : Marek Halter est né à Varsovie en 1936, fils d'un imprimeur et d'une poétesse yiddish. Il s'installera à Paris avec ses parents en 1950 après s'être échappés du ghetto de Varsovie à 5 ans. Ils passeront par l'Urkraine et Moscou, et seront de retour en Pologne en 1946. Il publie son premier livre à Paris en 1976 "Le fou et les rois" traitant de la paix au Proche Orient et qui reçoit un prix. Il consacre une part importante de sa vie à la défense des droits de l'homme et a été un co-fondateur de SOS racisme. Il publiera aussi en 2004 Sarah (tome 1 de la bible au féminin), puis Tsippora (tome 2) et Lilah (tome 3) en 2005.
1ER RESUME : de Lilah
Lilah est amoureuse d'Antinoes. Ils se sont promis l'un à l'autre, mais le mariage entre une juive et une personne d'une autre religion est impossible. La ferveur religieuse du peuple juif décide d'organiser la répudiation de toutes les épouses pêcheresses. Son frère Ezra, pour qui elle a beaucoup d'estime et d'amour, lui refuse cette union. Elle hésite à le suivre car son amour pour Antinoes est si fort mais la raison prend le dessus et la souffrance commence pour elle. Ezra mène un combat injuste et elle l'a bien compris. Elle va choisir de lutter contre l'extrêmisme religieux qui frappe les femmes.
2EME RESUME : de Sarah
En romancier, sans jamais trahir la bible, Marek Halter recrée la jeunesse de Sarah, aristocrate sumérienne née à Ur il y a 4000 ans. Sarah était promise à être reine en se mariant à un homme choisi par son père. Elle se sauve au moment du mariage, et rencontre Abram, un homme pauvre qu'elle va aimer. Son père la récupère et dans sa colère elle ingurgite des plantes pour devenir stérile donc impropre au mariage. Elle deviendra déesse de la guerre de ce fait. Sa beauté la prédestine a être déflorée par le roi en une cérémonie sacrée. Abram l'enlève, et la saga biblique commence.
MES IMPRESSIONS : Ces deux romans m'ont bien plu. Ils sont bien menés et une fois entrée dans l'histoire on veut toujours en savoir plus. Le suspens est de mise.
Je dirai personnellement que j'ai eu un peu de mal à pénêtrer dans ces deux histoires et qu'il m'a fallu parfois relire les débuts et bien me concentrer pour ne pas perdre le fil.
Le rapport à la bible me gêne un peu, je ne sais pas faire la part entre le roman et la référence biblique.
Pour conclure, bien que ces livres soient tout à fait intéressants, je ne leur ai pas mis plus que 3/5 car je sais qu'ils ne resteront pas gravés dans ma mémoire très longtemps. L'auteur écrit bien , je n'ai rien à dire de négatif mais le constat est là.
A lire pour les amateurs de bons romans en rapport avec l'histoire de la bible.

Les hirondelles de Kaboul de Yasmina KHADRA

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait indirectement dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 4/5.
Quelques mots sur l'auteur : Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né à Kednadsa en 1955. Fils d'un père infirmier et d'une mère nomade, il s'engage dès l'âge de 9 ans dans l'armée algérienne pour finir 36 ans plus tard Officier Supérieur. A partir de l'an 2000, il arrête sa carrière militaire pour se consacrer à l'écriture. Marié, père de 3 enfants, ils ont rejoint la France après un bref passage au Mexique. Il écrit en langue française depuis 2001. Ses ouvrages sont : "L'écrivain", Morituri", "A quoi rêvent les loups"... Il a son style bien à lui où l'on peut trouver à la fois le dépouillement et la poésie, le lyrisme et les métaphores inattendues. Il fait paraître en 2004 "Les hirondelles de Kaboul", puis en 2005 "L'attentat"et atteint ainsi la consécration du monde entier. En 2006, force de son succès, il termine sa trilogie par "Les sirènes de Bagdad" et atteint une nouvelle fois l'apogée en plongeant au plus près du terrorisme.
RESUME : La ville de Kaboul n'est plus que l'ombre d'elle-même. Les Talibans veillent et surveillent tous les faits et gestes de la population. L'humiliation, la terreur, l'intimidation, la haine, la violence, la souffrance, la mort dominent tout. La vraie vie s'en est allée. Le désespoir d'Atiq, converti en geôlier, traîne sa peine. Mohsen est découragé par l'indifférence de sa femme qui a décidé de ne plus pouvoir l'aimer librement. Kaboul n'est plus que le recueil de tragédies. Le printemps des hirondelles n'est décidemment pas pour tout de suite.
MES IMPRESSIONS : Après avoir persévéré pour pénêtrer véritablement dans ce livre, j'en ai été récompensée par sa lecture. Une fois de plus, Yasmina Khadra nous promène dans les villes de son pays l'Afghanistan avec une grande aisance au travers de descriptions bouleversantes. Un roman très émouvant où l'horreur et l'injustice se croisent à chaque coin de rue. On se rend compte de l'impuissance des hommes face aux Talibans qui contrôlent quasiment tout sur leur passage, jusqu'à même s'immiscier indirectement dans l'intimité de chaque couple. Ce roman se transforme, malgré nous, en un réel documentaire tellement la vérité nous éclabousse en pleine face. On ne peut pas croire que ces descriptions horribles font partie uniquement de l'imagination de l'écrivain. Comment aurait-il pu imaginer une telle violence humaine ? Son pays, il le connaît et il l'a fuit certainement pour tout ce qu'il nous décrit au travers de ses romans. En conclusion, j'ai découvert un très beau livre tardivement car je n'avais pas pris le temps de m'y consacrer mais il n'est jamais trop tard. Pour vous, non plus, cher lecteur de mon blog, l'oeuvre de Yasmina Khadra est incontestablement fort enrichissante.
Tentez de lire un de ses romans, vous vous régalerez très certainement.

Vieille France d'Hélène MILLERAND

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Hélène Millerand est née en 1945 à Versailles où elle a fait ses études. Pendant 23 ans, elle a été en charge de l'aide aux compagnies théâtrales, à la mairie de Paris. Elle a écrit plusieurs romans.
RESUME : L'histoire se déroule durant le début de la seconde guerre mondiale. Mademoiselle Drot devient gouvernante dans une famille juive. Elle explique que, suite à un revers de fortune, elle doit se mettre à travailler. Elle a 26 ans lorsqu'elle commence chez ses nouveaux patrons et y restera 64 ans.
MES IMPRESSIONS : Ce roman nous laisse dans une ambiance calfeutrée, le décor est bien campé, les personnages sont tous bien dépeints. La description du quartier de Villiers à Paris est très bien rendue le connaissant pour y avoir habité. Je trouve que l'on entre vite dans cette oeuvre malgré beaucoup des descriptions car l'auteur met tout le temps en action la vie de ses protagonistes. Il n'y a aucun temps mort et la guerre n'est pas du tout abordée lourdement. Elle est simplement évoquée au travers des évènements. Il y a des moments dramatiques mais le moral reprend toujours le dessus. J'ajouterai que c'est un livre très positif même si l'on ne peut pas accepter tout ce qui s'y passe, l'être humain garde ses faiblesses qu'on le veuille ou non...
Je le conseillerai plutôt à des femmes.

Et après de Guillaume MUSSO

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Guillaume Musso est né en 1974 à Antibes. Il lit beaucoup dès son plus jeune âge. Il essaye d'écrire un premier livre qu'il ne publiera pas mais qui lui montre qu'il est capable d'en faire d'autres car il a des idées et qu'il parvient à écrire facilement. Il part ensuite aux USA quelques mois. Grâce à une vie bien occupée là-bas où il trouve un petit job, il rentre après en France avec des idées plein la tête. Il réussit le CAPES de Sciences Economiques et devient professeur. Il enseigne à l'Université de Nancy depuis 1999. Son roman "Et après" lui est venu suite à un grave accident de la route où il s'en sort indemne. En un quart de seconde, il réalise que sa vie aurait pu basculer, qu'il a frôlé la mort et qu'il n'a rien pu maîtriser, c'est le destin.
RESUME : Nathan est devenu un grand avocat. Il est divorcé malgré son refus de l'être et regrette d'être loin de sa fille Bonnie dont sa mère a la garde. Il va rencontrer le docteur Goodrich qui va lui permettre de découvrir que l'on peut pressentir la fin prochaine de certaines personnes. Sans vraiment y croire au début, il va être obligé de reconnaître que les faits sont troublants. Il se persuade que lui est peut-être le prochain sur la liste et veut remettre de l'ordre dans sa vie avant de mourir et de quitter les êtres qui lui sont le plus chers.
MES IMPRESSIONS : Je rapprocherai ce livre à ceux de Marc Lévy car il y a des analogies dans le côté surnaturel et irréel de certains faits. Le style est simple et facile à lire. Il y a un sens du rythme dans ce roman, des rebondissements incessants qui nous empêchent de lacher. On sent que l'auteur est inspiré et écrit facilement au fil des pages. Il est bien dans la nouvelle vague de la littérature actuelle.
A lire pour tous. Il faut prévoir du temps car une fois entamé, on va jusqu'à la fin sans effort.

Lire Lolita à Téhéran d'Azar NAFASI

AUTOBIOGRAPHIE ROMANCEE en traduction française PARUE EN 2004,
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Azar Nafisi est née à Téhéran (je n'ai pas trouvé son année de naissance). Elle quitte son pays à 13 ans pour faire ses études universitaires en Europe puis aux Etats-Unis. Elle vit aujourd'hui à Washington avec son mari et ses enfants où elle enseigne à l'Université Hopkins et collabore avec quelques uns des plus importants journaux américains. "Lire Lolita à Téhéran" est son premier et unique roman. Son livre a été publié dans 19 pays et a touché la presse du monde entier en 2003.
RESUME : La révolution islamique débute en Iran. Azar Nafisi est professeure à l'Université de Téhéran. La vie pour les femmes devient de plus en plus difficile en raison des privations de liberté qui leur sont imposées progressivement, ainsi que la soumission face au pouvoir répressif des mollahs (port du voile entre autre). Ne supportant plus cet autoritarisme, Azar Nafisi démissionne de son poste. C'est alors qu'elle décide de réunir chez elle 7 de ses anciennes étudiantes de tous milieux, pour continuer sa passion d'enseigner et surtout son partage incessant de communication sur la littérature occidentale. Elle les initie aux lectures de "Lolita" de Nabokov ou de "Gatsby Le Magnifique" de Fitzgerald et quelques autres encore. Tout ce contexte permet à toutes ces femmes de remettre en question la situation révolutionnaire de leur pays.
MES IMPRESSIONS : Un livre extraordinairement intéressant qui m'a captivée. Je me suis rendue compte de ce que l'atteinte aux libertés pouvait développer comme instinct de survie, ici surtout intellectuelle. L'auteur de ce livre m'a émerveillé par son combat incessant quant à maintenir une certaine dignité. Elle affirme avec force ses idées, ses pensées et ses analyses. Moi qui me suis lancée dans ce blog pour mon plaisir, je ne connais pas toutes les frustrations qui la touchent. Je peux parler à peu près librement. C'est un livre très fort qui m'a remise en question en quelque sorte. Nous devons tous défendre nos combats et cela me renforce dans l'idée que lorsqu'on a de la volonté, des convictions il faut aller jusqu'au bout. Les autres femmes qu'elle rencontre, sont dans son ombre. Depuis l'arrivée de l'Ayatollah Khomeyni, les lois s'imposent et chacune doit défendre sa liberté avec sa propre personnalité. Certaines plus effacées, d'autres plus audacieuses.
Je voudrai ajouter, bien que ce livre m'ait plu amplement, que j'ai été un peu embarassée par le fait que l'écrivain parlait dans ses discussions de livres avec ses élèves dont je ne connaissais pas le contenu. Mon manque de culture m'a en quelque sorte un peu gênée et cela pourrait m'inciter par contre à lire toute cette littérature qui les a fait vivre et survivre.
Un livre vraiment captivant, long certes mais je n'ai jamais eu le sentiment de m'ennuyer. C'est un roman tellement réel.

Biographie de la faim d'Amélie NOTHOMB

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de mon cercle de lecture.
Je lui donnerai 5/5
Quelques mots sur l'auteur : Amélie Nothomb est née au Japon en 1967, profondément marquée par la culture nipponne. Elle est issue d'une famille bruxelloise et fille d'ambassadeur. Elle habitera dans différents pays. Pour l'anecdote, elle écrit entre 4 et 8 heures du matin en buvant 1/2 litre de thé et publie 1 livre par an.
RESUME : Ce livre est une autobiographie pleine d'humour des 20 premières années de la vie d'Amélie Nothom. On la découvre en famille dans ses divers voyages : de l'Asie à l'Amérique, en passant par l'Europe.
MES IMPRESSIONS : Elles sont en général sont soit très positives, soit négatives pour l'oeuvre d'Amélie Nothomb. Cet ouvrage est très amusant à lire. Il est à la fois divertissant et apporte plein d'indications sur chaque pays traversé. Dans toute l'agitation qui l'entoure, elle nous fait part de ses moments de solitude et de recul face à la vie. Sa façon d'écrire est toujours très raffinée, elle semble trouver naturellement les mots justes sous les traits de sa plume. Elle joue avec les mots et leur signification, elle les manipule comme des jouets. Elle est aussi très originale dans sa façon de voir les choses, elle dynamique dans son oeuvre. Sa vie semble étrange car de petits riens deviennent un grand évènement par exemple. Notre vie paraît fade à côté de la sienne mais si nous lui racontions la nôtre, avec ses mots elle pourrait aussi en faire une histoire plus attractive, j'en suis quasiment sûre. C'est son talent incontestable d'écrivain qui l'autorise à manier sa vie avec beaucoup d'humour et un vocabulaire très choisi, une gymnatisque des phrases et des mots tellement hors du commun. Par ailleurs, dans ce livre, elle se raconte avec une grande lucidité, elle est sans complexe. Elle se dévoile avec réalisme et humour.
Je pourrrai dire en conclusion que c'est un livre qui se dévore, un très bon moment de détente.
A lire car c'est de la vraie littérature, mais ne peut pas plaire à tout le monde...c'est particulier.

Les chevaliers du subjonctif d'Erik ORSENNA

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 2/5.
Quelques mots sur l'auteur : Erik Orsenna, de son vrai nom Erik Arnoult, est né en mars 1922. Il a fait des études de philosophie et de Sciences Politiques. Il enseignera l'économie à l'Ecole Normale Supérieure. Il deviendra Conseiller ministériel puis culturel auprès du Président François Mitterrand de 1981 à 1984. Il écrira 7 romans, obtient le Prix Nimier en 1978 pour "La vie comme Lausanne". Il est élu à l'Académie française le 28 mai 1998. Son dernier livre paru en 2006 est "Voyage au pays du coton".
RESUME : Jeanne (10ans) et Thomas (14ans) vivent sur une île "étrange où les habitants principaux sont les mots" suite au naufrage du paquebot sur lequel ils se trouvaient pour rejoindre leur père de l'autre côté de l'Atlantique. Jeanne commence alors une enquête sur la définition exacte de l'amour. C'est alors qu'elle va s'interroger sur l'existence du subjonctif.
MES IMPRESSIONS : Je n'ai pas vraiment apprécié ce livre. Je le trouve confus comme d'ailleurs la plupart des livres d'Orsenna. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman. Je sui allée jusqu'au bout car je croyais que ce serait mieux plus tard mais j'ai été déçue. J'ajouterai cependant qu'il y a des réflexions pertinentes mais ce livre est trop compliqué. Je n'oserai pas dire qu'il est mal écrit face à un académicien mais je n'aime pas personnellement son style, sa prose est alambiquée et froide. Les illustrations par contre sont amusantes et attirantes au regard. Je pense que l'écrivain s'est bien amusé en écrivant ce livre. Il nous fait part de ses connaissances linguistiques et de la finesse de la conjugaison. Il manque, je trouve, d'inspiration pour l'histoire qu'il raconte et dans laquelle il veut intégrer tout ce côté grammatical. Ce n'est d'ailleurs pas évident de créer une accroche pour le lecteur, qui souvent, est fâché avec la bonne façon de parler et d'écrire. Je n'adhère absolument pas à sa façon de voir les choses et surtout sa façon de les exprimer.
Pour finir, ce livre aura eu au moins le mérite de parler de la langue française, la grammaire et la conjugaison dans toute sa splendeur et sa complexité.
A lire, c'est original mais pour moi difficile à lire et parfois à comprendre.

Le paysan des poilus de Jean-Marc PAMART

RUBRIQUE HISTOIRE PARU EN 2004
Le choix de ce livre m'a été conseillé par un membre de ma famille.
Je lui donnerai 3/5.
Quelques mots sur l'auteur : Jean-Luc Pamart est né en 1951. Il est agriculteur dans la région du Soissonnais. Son témoignage nous emmène dans sa région où il cohabite avec le spectre de la première guerre mondiale.
RESUME : Jean-Luc Pamart nous décrit toutes les traces de la guerre qu'il a découvertes au détour de ses champs alors qu'il partait les labourer simplement. Il bute avec son tracteur tantôt sur un obus, tantôt le sol s'effondre sous le poids de la moissonneuse batteuse. Les tranchées apparaissent tout à coup au milieu de grandes étendues cultivées, et ce n'est pas tout...
MES IMPRESSIONS : J'ai apprécié ce livre car grâce à ses découvertes, JL Pamart réécrit l'histoire et retrouve le passé et les poilus qui ont vécu cette guerre. JL Pamart s'est laissé emporter dans cette aventure avec une grande passion mais aussi une révolte qui le pousse à ressortir du passé pourtant si proche des éléments de notre patrimoine. Il veut préserver tous ces trésors, les faire partager à toutes les générations qui lui succéderont. C'est un grand combat et il mérite qu'on y participe par notre lecture et notre visite aussi dans cette région.
Pour les amateurs d'histoire, lisez ce livre. Il est très différent des recueils d'histoire sur la 1ère guerre mondiale, car il présente un autre visage de ce conflit, vu sous un angle plus réel et plus poignant aussi.
Pour finir, j'ai trouvé ce livre très humain, plein de sensiblilité. On vit avec JL Pamart au rythme de sa vie quotidienne, c'est vivant, sain et naturel. Le style est simple, parfois un peu naïf mais je ne le dis pas dans le sens péjoratif c'est plus dans le sens de la spontanéité si je puis exprimer mieux ce que je ressens.

Afrika Trek I Du Cap au Kilimandjaro 14 000kms dans les pas de l'homme de Sonia et Alexandre POUSSIN

RECIT VOYAGE PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait par le prêt d'un membre de ma famille.
Je lui donnerai 2.5/5
Quelques mots sur les auteurs : Sonia Poussin a fait des études d'Administration Economique et Sociale. Elle a participé à quelques missions humanitaires et en particulier au Népal, au Vietman et en Irak. Elle a visité l'Inde et la Péninsule indochinoise. Elle épousera Alexandre Poussin avec qui elle vivra d'autres aventures.
Alexandre Poussin est né en 1970. Il a fait un DEA de Sciences Politiques. A 24 ans, il fait un tour du monde à vélo avec Sylvain Tesson son meilleur ami. Ils parcourent 25 000kms en 1 an et 35 pays avec 1000 dollars en poche. Il a fait la traversée de l'Himalaya (5000km) avec le même ami. Puis il entreprend la traversée de l'Afrique avec sa femme.
Afrika Trek I a été récompensé par la Toison d'or, du livre 2004 (Ecrans de l'Aventure, Dijon) et le prix du livre des Angles 2005, il a été vendu à plus de 105 000 exemplaires et été diffusé sur de nombreuses chaînes.
RESUME : Sonia et Alexandre Poussin ont décidé de partir en couple dès le 01/01/01 dans les pas de l'homme. Leur longue route qui durera 3 ans a été de parcourir l'Afrique du Cap de Bonne Espérance au sud pour finir au Lac de Tibériade au nord. Ce premier tome nous raconte les premiers 7000kms parcourus jusqu'au 15/06/02 au sommet du Kilimandjaro. Le second cahier poursuit les autres 7000kms.
MES IMPRESSIONS : Je me suis plongée de plus en plus intensément dans ce livre au fur et à mesure de sa lecture. A force sans doute de mieux connaître les raisons d'un tel voyage, je me suis sentie plus impliquée. Les habitudes des voyageurs sont mises au grand jour. On découvre une intimité constructive dans ce couple en quête de découverte et de rencontres. Ils font preuve de courage et on a envie de les accompagner tout au long de leur mission. A la fois, on ne voudrait pas être à leur place, trop bien dans notre confort et d'autre part on peut admirer et envier les divers contacts rencontrés sur leur route et qui ont dû tant leur apporter humainement. Cette entraide africaine est admirable, leur solidarité est un exemple pour notre humanité si égoïste et avide de pouvoir, d'argent et autres plaisirs inutiles et légers.
Ce grand voyage permet de retrouver nos racines au travers d'une civilisation qui vit toujours avec ces coûtumes ancestrales. On a l'impression d'après ce récit que tous ces hommes vivent dans un autre siècle que le nôtre, ils sont attachés à leur terre, leur pays.
Chez nous, dans nos contrées, ce n'est pas le même contexte. La plupart des hommes oublient leur passé et vivent vers un avenir incertain en essayant de garder quelques traces du passé.
En conclusion, je dirai que ce récit est fort intéressant. Il nous éclaire sur la civilisation africaine actuelle et toute la misère qui la touche et la poignée de ceux qui ont réussi. La réussite est étonnement au service des autres, des plus démunis mais souvent aussi un vrai poison de corruption, de haine, de jalousie la plupart du temps. Pauvreté et maladies sont un véritable problème là-bas. Un livre de réflexion qui pousse véritablement à lire le second tome.

Une odeur de gingembre d'Oswald WYND

ROMAN PARU EN 2004
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 4,5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Oswald Wynd est né en 1913 à Tokio et mourra en 1998. Maître du polar contemporain, il est l'auteur de nombreux romans policiers qu'il a écrit sous le pseudonyme Gavin Blake. On lui doit "Une odeur de gingembre" qui a été un énorme succès.
RESUME : Mary Mackenzie, jeune écossaise, part à Pékin vers les années 1900 pour rejoindre et épouser Richard. Mariage convenu selon les vieilles coûtumes britanniques qui ne laisse que peu de choix à l'amour entre deux êtres. Après la naissance de sa fille Jane, les relations conjugales continuent à se dégrader. Son mari trop longtemps absent lui laisse l'occasion de rencontrer un samouraï japonais avec qui elle aura une liaison. Elle tombe alors enceinte de lui, elle aura un fils. Chassée par son mari qui gardera sa fille, elle va continuer sa route...
MES IMPRESSIONS : livre un peu long dans lequel je n'ai eu cependant aucune occasion de m'ennuyer. Il y a sans cesse des rebondissements qui en font un livre d'action. Mary Mackenzie écrit tout le temps des lettres à sa mère et c'est ainsi qu'est décrit tout ce qu'elle ressent à travers cette correspondance. En racontant ce qu'elle vit, l'héroïne tue sa solitude et son isolement. Elle peut se confier sans scrupule. Mais les anicroches vont se succéder de plus en plus et on est mis sans cesse en haleine. Il est intéressant de découvrir dans ce livre la vie des expatriés qui existe toujours de nos jours et les difficultés que cela implique. Pour finir ,j'ai passé un excellent moment avec cet ouvrage, je le conseille fortement. C'est un bon roman.