11/11/2015

L'angoisse de la page folle d'Alix de SAINT-ANDRÉ

ROMAN PARU EN 2016
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Alix de Saint-André est née à Neuilly en 1957. C'est une écrivain et journaliste française. Elle est la fille de l'écuyer en chef du Cadre Noir à Saumur, région où elle a vécu. Elle deviendra grand reporter et journaliste pour le magazine Elle. En 1994, paraît son premier livre "L'ange et le réservoir du liquide à freins" Suivront ensuite en 1998 "Archives des anges", en 2001 "Papa est au Panthéon", "Ma nanie" en 2003 qui reçut le Prix Terre de France puis en 2007 " Il n'y pas de grandes personnes", où elle raconte sa rencontre avec la fille d'André Malraux. On connaît en 2010 aussi le livre "En avant, route !" et en 2016 "L'angoisse de la page folle".
RESUME : Alix de Saint-André raconte les effets du médicament Baclofène sur elle alors qu'elle avait décidé d'arrêter de fumer. Ce médicament à la base est un relaxant musculaire mais, détourné de sa première prescription, serait efficace sur l'alcoolisme.
MES IMPRESSIONS : Une fois de plus, je dirai que la qualité de l'écriture est très moyenne, le style peu agréable pour moi. L'intérêt de cette lecture a été de découvrir que ce médicament vanté dans les média sur son efficacité sur l'alcoolisme prend un coup dans l'aile dans ce récit. Evidemment, ce n'est pas à cette écrivain-journaliste à faire des expériences sur sa personne avec un médecin qui ne semble pas très sérieux. Elle n'en dit d'ailleurs pas le nom, ce qui prouve le manque de professionnalisme de ce dernier et surtout une expérience hors contexte légal. Je trouve que de la part de la victime, c'était bien dangereux de s'aventurer dans ce traitement non reconnu pour arrêter de fumer. J'ai l'impression aussi que cet écrivain n'a aucune inspiration pour écrire ses romans et en prenant ce médicament, elle a voulu trouver un thème pour son prochain livre. Bien écrire n'est pas donné à tout le monde, rares sont les vrais artistes dans le domaine. Quant à l'imagination, elle ne peut pas venir tout le temps. Ecrire à partir de faits réels est logique puisque notre vie est une histoire en soi mais en le faisant mot à mot en s'accrochant à ses anciens mails et des enregistrements ne me parait pas une oeuvre. "En avant, route !" est aussi une référence à un événement réel qui relate des faits. J'aimerai avoir votre point de vue sur le second livre de cet auteur que je viens de lire et qui me déçoit tout autant que le premier.

Aucun commentaire: