31/12/2013

Lettres de Chine 1859-1861 de Ludovic de GARNIER des GARETS


TEMOIGNAGE PARU EN 2013

Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 7,5/10.
Quelques mots sur les auteurs : A vrai dire, les personnes qui ont été à l'origine de ce témoignage historique sont les arrières-petits-enfants de Ludovic des Garets. Il s'agit de Geneviève Deschamps, Odile Bach et Thierry des Garets qui ont recueilli ces fameuses lettres en rangeant l'appartement de leurs parents. Ils ont réussi à rendre lisible un manuscrit déjà recopié par leur père et qui demandait un gros travail de déchiffrage mais pour autant exploitable. L'objectif premier concernait uniquement la famille mais dans un second temps finalement ce récit à travers ces lettres pouvait intéresser un plus vaste public et être un témoignage pour l'histoire.
RESUME : Le jeune sous-lieutenant Ludovic de Garnier des Garets a 22 ans (né le 11 février 1838) se porte volontaire pour la campagne de Chine de 1860. Il quitte sa famille bien aimée pour embarquer à Brest qu'il quitte le 17 décembre 1859 avec son bataillon de chasseurs à pied. C'est le début de sa carrière militaire. Très attaché aux siens, il va entretenir une correspondance assidue avec eux où l'on pourra reconstituer tout son parcours, ses états d'âme et tout ce qu'il vit.
MES IMPRESSIONS : Ce livre m'a pris tout l'été car il est dense avec des pages bien remplies et "lourd" à soulever pour une lecture de vacances. Très intéressant pour le côté historique, les lettres bien écrites, le lecteur a envie d'en savoir toujours un peu plus sur le périple du jeune homme. Ce que je pourrai exprimer aussi c'est que l'on ressent très fortement l'amour qui règne entre les membres de cette famille, ce qui est primordial pour Ludovic qui s'éloigne de plus en plus géographiquement des siens et qui a besoin de soutien moral. Il est vrai que l'on remarque au cours du récit le manque de maturité dû à la jeunesse de Ludovic et ses illusions sur une éventuelle promotion qu'il aurait voulu avoir beaucoup plus rapidement. Il découvre que les décorations ne tombent pas du ciel et il est plutôt déçu mais à la fois, on découvre aussi qu'il ne fait pas grand chose et profite des escales plutôt pour visiter et rencontrer d'autres habitants. La vie n'est pas si simple et il la découvre par la perte de quelques êtres chers partis avec lui. Ce livre m'a enrichie sur le plan historique car je ne connaissais pas cette période de l'histoire et il permet de voir comment se déroulait la vie sur des gros bateaux à mission militaire. Les conditions sont parfois rudes, les mers agitées et les hommes doivent cohabiter et se supporter durant des mois et des années. La famille a rajouté le parcours de Ludovic des Garets après ce voyage et il est intéressant de découvrir qu'il terminera sa carrière comme général de division, qu'il aura une famille etc. J'ai bien apprécié et je le recommande pour vous tous qui avez envie de vous cultiver par un récit authentique, qui nous parle en tant qu'être sensible et qui reste un livre abordable facile à comprendre.

2 commentaires:

geneviève Deschamps a dit…

Merci à l’auteur de ce blog d’exprimer si bien tout l’intérêt de ces lettres qui nous ont passionnés dès la première lecture du manuscrit. La publication de ce livre est une belle aventure familiale: travail assidu sur le texte, course aux trésors dans nos archives et nos greniers, et la chance d’avoir rencontré un éditeur talentueux qui a si bien tiré parti de la riche iconographie que nous lui proposions. Nous nous réjouissons que ces lettres attachantes et historiquement très intéressantes de notre arrière-grand-père puissent être lues désormais par un large public.
Geneviève Deschamps, co-auteur de l’ouvrage.

LECTOVORE a dit…

LECTOVORE vous remercie pour vos aimables commentaires qui permettent l'interactivité de la lecture et de mon blog ! Le partage de l'histoire enrichit notre culture et représente un témoignage très pertinent pour ce qu'il s'est passé il y a finalement peu de temps et qui construit aujourd'hui nos vies. Nous sommes la continuité de nos ancêtres et il est incontestablement primordial de ne pas les oublier.