06/01/2010

Le roman des Jardin d'Alexandre JARDIN

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 3/5
Quelques mots sur l'auteur : Alexandre Jardin est né en 1965. Il est le fils de Pascal Jardin, écrivain reconnu, surnommé le Zubial par son fils. A 20 ans, il écrit son premier roman durant ses études de Sciences Politiques. Son roman ayant eu du succès, il abandonne ses ambitions politiques pour l'écriture. Il a écrit de nombreux libres : Le Zèbre (1988), Fanfan (90), Le Zubial (97). En écrivant le Zubial, il se réconcilie avec le décès de son père qu'il adorait et qui est parti à 46 ans en raison d'un cancer (Alexandre Jardin n'avait que 15 ans).
RESUME : Alexandre Jardin raconte avec ses mots l'histoire de sa famille. Il nous révèle une vie hors du commun, fantaisiste, anarchique où les règles n'existent pas.
MES IMPRESSIONS : La vie des adultes autour d'Alexandre Jardin semble le déstabiliser lorsqu'il est encore enfant mais lui forge aussi la personnalité qu'il a aujourd'hui. Cela lui a permis de devenir un excellent écrivain. Il nous dépeint sa famille à travers une galerie de portraits loufoques : l'Arquebuse et le Nain Jaune (ses grands-parents), le Zubial (son père)...A part un côté fouilli dans la description de tous ces personnages, on sent une ambiance hors du commun qui suscite la curiosité. Je n'ai pas tellement apprécié les moeurs plus que libres de cette saga, comme si la moralité n'avait pas sa place. On ne peut pas bénir cette façon de vivre. A. Jardin sort victorieux et sans doute plus fort face aux détracteurs de sa famille. Il a construit lui-même une existence équilibrée. Il s'est marié à 23 ans avec Hélène, la femme de sa vie, avec qui il a eu 2 enfants. Il poursuit sa carrière d'écrivain, sa colère envers son passé va s'estomper au fur et à mesure de ses écrits qui sont certainement une forme de thérapie pour lui. Ce livre m'a plu modérément en dépit de la curiosité qu'il m'inspirait, car je l'ai trouvé trop basé sur le sexe et les moeurs dépravés. J 'ai préféré d'autres oeuvres et en particulier Le Zubial, L'île des gauchers. Je reconnais pour cet auteur, une qualité littéraire et une créativité dans toute son oeuvre.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je n'ai pas aimé, c'est trop nombriliste.

Géraldine a dit…

Sympathique comme écrivain, mais sa famille laisse à désirer... quelle déchéance ...

16h27 a dit…

J'avais abandonné A. Jardin après L'île des gauchers. Tentative d'y revenir: Une énorme deception, tout est empoulé, forcé, cliché. Désolé mais j'ai sauté, peiné, sué jusqu'au sommet, le dernier "chapitre" avec Delon... pathétique, on ne m'y reprendra plus!

Anonyme a dit…

ses livres sont pas si mal ..mais se N'est pas mon genre