06/01/2010

Un instant d'abandon de Philippe BESSON

ROMAN PARU EN 2005
Le choix de ce livre s'est fait à la bibliothèque municipale.
Je lui donnerai 4/5
Quelques mots sur l'auteur : Philippe Besson est né en 1967. Son père est instituteur et sa mère clerc de notaire. Son enfance se passe en Charente. Il fait l'Ecole Supérieure de Rouen et débute sa carrière de juriste en 1989, il enseigne aussi le droit social. Son premier roman "En l'absence des hommes" sort en 1999. Il reçut le Prix Emmanuel Roblès décerné par l'Académie Goncourt pour ce titre. Il en eut d'autres que je n'énumérerai pas ici. Il publia "les jours fragiles".
RESUME : Ce roman se déroule principalement à Falmouth. Thomas Sheppard revient sur les lieux de son enfance, adolescence et du début de sa vie d'adulte qu'il a quitté pour purger sa peine. Il raconte alors son histoire à un pakistanais qui accepte de l'écouter. Puis, il rencontre Betty qui l'aide à panser leurs plaies à tous les deux. Sans oublier Luke, son compagnon de prison.
MES IMPRESSIONS : J'ai bien aimé ce livre. Je le trouve plein de sensibilité. On découvre l'histoire de Thomas avec de plus en plus d'empressement. Le suspens est bien présent, les zones d'ombre se dévoilent au cours des pages. Philippe Besson nous emporte littéralement dans ce drame avec une façon d'écrire toujours admirable. Au fil de sa plume, les mots s'alignent simplement. C'est aussi un livre qui amène à réfléchir sur plusieurs sujets bien actuels : la solitude, la haine, l'adultère, l'incompréhension, le prison, la culpabilité, l'innocence, l'amitié, l'amour, les handicaps, la faiblesse, les enfants, la responsabilité, l'inconscience...Et je pourrai en rajouter bien d'autres. L'issue de ce livre a été pour moi, tout aussi inattendue que celle d'un autre roman "La note sensible" de Valentine Goby paru en 2002 dont je parle aussi dans mon blog. Il y a quelques analogies mais les sujets sont très différents pour autant.
A lire certainement, un peu triste.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

très bon roman. Je le préfère aussi à "L'enfant d'octobre". Le vrai écrivain est bien présent ici.
Merci Philippe Besson.