02/01/2010

Le Baron Bich. Un homme de pointe de Laurence BICH

BIOGRAPHIE PARUE EN 2001
Le choix de ce livre s'est fait sur un rayonnage de bibliothèque durant mes vacances.
Je lui donnerai 5/5.
Quelques mots sur l'auteur : Laurence Bich est la troisième épouse du Baron Marcel Bich. Elle est l'arrière-arrière-petite-fille de l'écrivain Paul-Louis Courier de Méré. Elle a épousé le Baron en 1956. Par ce livre, elle a raconté l'histoire de son mari.
RESUME : Naissance, enfance, adolescence, les études, les sorties, le début de la vie professionnelle, le mariage, les enfants, la direction de sa société puis la consécration avec la diffusion mondiale du stylo à bille appelé "bic" marque déposée par son inventeur "Le Baron Bich". Puis en 1973, apparaît le briquet jetable et en 1975 le rasoir jetable. Bruno Bich a été désigné comme dauphin de son père dans la société au détriment de son frère Claude l'aîné alors qu'ils sont huit à travailler dans la société à cette époque-là. Ce fut le dernier regret du Baron qui en fut bouleversé mais qui a estimé que ce fils-là avait des capacités plus adaptées pour lui succéder. Il pensait avoir trouvé une solution pour préserver la société en créant une holding pour que la famille garde le contrôle de l'entreprise, phrase que j'ai relevée à la fin de son livre. Mais finalement, il ne fut pas tranquillisé pour autant. Il meurt entouré des siens en 1994.
MES IMPRESSIONS : J'apprécie toujours de lire la vie de personnes qui ont été brillantes et surtout créatives pour leur satisfaction personnelle à se réaliser mais surtout pour les autres avec qui elles partagent leur réussite. J'ai d'ailleurs lu dans le même esprit un livre paru en 2003 sur Helena Rubinstein écrit par Madeleine Leveau-Fernandez que je vous conseille si vous appréciez ce type de lecture (voir coup de coeur 2003). Je reviens donc maintenant à la vie du Baron Bich qui s'appelait Marcel de son prénom. Il est né en 1914 et mourra en 1994. Issu de bonne famille, il sera élevé cependant dans une certaine précarité qui lui prévaudra sans doute d'être ambitieux et de vouloir s'en sortir pour vivre plus aisément. Marcel et sa première femme Louise Chamussy (1909-1950) convolent en 1937. Il aura avec elle trois enfants. Elle meurt malheureusement prématurément après la naissance de son dernier, d'un cancer qui la fit beaucoup souffrir en 1950. Ce fut un moment très douloureux pour le Baron qui eut, de ce fait un rapport difficile avec le monde médical. Il se mariera une seconde fois, eut un autre enfant puis divorça ssez vite. Sa troisième épouse est celle qui vient d'écrire l'histoire de son mari après son décès. Il y a beaucoup de choses que je voudrai évoquer dans "mes impressions" car je ne voudrai rien oublier de toute ce que j'ai appris mais ce serait recopier le livre aussi. Cependant, il faut noter que le parcours du Baron n'a pas été aisé. Le stylo à bille existait déjà avec des brevets déposés (en 1888 par John Loud aux USA, en 1925 Laszlo Biro améliore ce brevet an ajoutant un élément gras pour la fluidité de l'encre, mais il vend sa partie à Henry George Martin homme d'affaire britannique installé à Buenos Aires). En 1944, Marcel Bich a monté sa société avec un associé Edouard Duffard située Impasse des Cailloux à Clichy. Elle s'appelait PPA c'est-à-dire porte-plume, porte-mines et Accessoires. Le cristal, premier bic dénommé ainsi par son créateur fera son apparition en 1950. Après plusieurs améliorations, il ne pèsera plus que 4 grammes et permettra à son propriétaire de faire défiler sa plume en laiton durant 3 km d'écriture. Sa bille est en acier inoxydable d'un mm de diamètre. Et pour la petite histoire, le petit trou dans le plastique de l'habillage extérieur permet à la pression atmosphérique de pénétrer et faire descendre l'encre plus aisément. Ce beau rêve va être entaché par l'attaque du britannique Henry George Martin qui lance un procès et exige de toucher plus d'un million de francs car son brevet était protégé. Les deux hommes vont finalement s'arranger et deviendront même par la suite associés. Deux de leurs enfants se marieront ensemble dix ans plus tard. Ce que j'ai retenu chez cet homme, c'est une très grande valeur morale. Dans sa vie, il montre qu'il est profond dans ses amitiés, et la religion jouera aussi un grand rôle. Il n'oubliera pas la pensée de Saint Luc : "Ne jugeons pas pour n'être pas jugés". De même, j'ai relevé qu'il disait " Le public est un juge infaillible qui a toujours le dernier mot et qu'il faut satisfaire à tout prix avec le produit vendu, mieux que les concurrents, si possible. Je précise que ce jugement du public ne vient ni de sa raison, ni de son cerveau, mais de ses sens". Sa mère était aussi très pieuse et lui a sans doute transmis sa foi, elle vénérait la vierge de la consolation vue à l'Eglise de Turin. Il a retenu une expression espagnole "Si Dios quiere" qui signifie "Si Dieu veut". Et jusqu'à la fin de sa vie, il suivra cette parole. J'ai appris que ce livre était épuisé. Vous aurez donc du mal à le trouver, cher lecteur, et pourtant j'aurai souhaité partager ce bon moment de lecture avec vous.
Le bic, on ne peut l'oublier car il est vendu dans le monde entier à des millions d'exemplaires. On peut espérer que son créateur ne sera pas oublié et que sa biographie sera rééditée.

Aucun commentaire: